Chronique Montréalité no 43 : Les Jeux olympiques de 1976

À tous les lundis et pour une quatrième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/). Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com.

***

Le stade olympique en construction, 1976, VM94-B162-215

Le stade olympique en construction, 1976, VM94-B162-215

Origines

Des années 1930 aux années 1950, Montréal a tenté d’avoir les jeux olympiques d’hiver à 4 reprises.  Revenu à la tête de Montréal en 1960, le maire Jean Drapeau obtient deux années plus tard l’exposition universelle de 1967. Il ne pouvait en rester là. En 1963, lors d’une visite à Lausanne en Suisse, on invite le maire Drapeau à visiter le Musée olympique.
C’est là qu’il découvre le mouvement olympique.

À son retour à Montréal, il décide de préparer la candidature de Montréal pour les Jeux d’été de 1972. Pendant deux années, il y travaille avec des proches collaborateurs. Le 15 novembre 1965, la nouvelle sort dans les journaux et le conseil municipal autorise le maire à inviter le Comité international olympique (CIO) à tenir ses jeux de 1972 à Montréal.  Montréal soumet son dossier de candidature au début de 1966.

Le secteur du parc Maisonneuve prévu pour les installations sportives. Photo de Rhéal Benny, 31 octobre 1972, VM94-B105-001

Le secteur du parc Maisonneuve prévu pour les installations sportives. Photo de Rhéal Benny, 31 octobre 1972, VM94-B105-001

Le 25 avril de cette même année, lors de la session du CIO à Rome, Munich obtient les jeux au deuxième tour. Montréal finit troisième derrière Madrid. Ces jeux d’été de 1972 ont été marqués par l’assassinat de 11 athlètes israéliens par un commando palestinien.

Objectif 76

En septembre 1967, alors que l’Expo battait son plein, le maire Drapeau indique à l’Association olympique canadienne son intention de demander les jeux de 1976. La candidature officielle de Montréal, appuyée par les deux niveaux de gouvernement, est finalement déposée le 4 décembre 1969.

Le 12 mai 1970, lors de la réunion du CIO à Amsterdam, Montréal obtient les Jeux devant Moscou et Los Angeles, qui tous deux les tiendront respectivement en 1980 et 1984. C’est un triomphe personnel pour le maire.

Arrivée du maire Jean Drapeau à l’aéroport de Dorval après l’obtention des Jeux, mai 1970, VM94-E2605-25

Arrivée du maire Jean Drapeau à l’aéroport de Dorval après l’obtention des Jeux, mai 1970, VM94-E2605-25

Les mois suivants servent à la mise en place du COJO, le comité organisateur des Jeux olympiques. Le 7 mars 1972, l’ambassadeur du Canada au Cameroun, Roger Rousseau, est nommé président du COJO qui s’installe dans le Vieux palais de justice tout à côté de l’hôtel de ville de Montréal. Le dévoilement du stade de l’architecte français Roger Taillibert a lieu le 6 avril.

Maquette des installations olympiques, 1975, VM94-U1363-066

Maquette des installations olympiques, 1975, VM94-U1363-066

En août 1972, on procède au dévoilement de l’emblème officiel des jeux réalisé par le graphiste québécois Georges Huel, qui aussi sera le créateur du logotype adopté par la Ville de Montréal en 1981.

Affiche des Jeux de la XXIe Olympiade, 1976, P64-Z-2_15P31

Affiche des Jeux de la XXIe Olympiade, 1976, P64-Z-2_15P31

Construction

Construction du vélodrome, photo de Rhéal Benny, 15 mai 1974, VM94-B113A-028

Construction du vélodrome, photo de Rhéal Benny, 15 mai 1974, VM94-B113A-028

Les travaux d’excavation débutent en avril 1973 alors que la construction du vélodrome commence en août de la même année. À l’été 1974, les ouvriers s’attaquent aux fondations du stade et les premiers piliers apparaissent rapidement. Avant la fin de l’année, on entreprend la construction du centre Claude-Robillard des bâtiments du bassin olympique et du village olympique.

Construction du stade olympique,  photo de Rhéal Benny et Vincent Massaro, 1975, VM94-B162-097

Construction du stade olympique, photo de Rhéal Benny et Vincent Massaro, 1975, VM94-B162-097

L’année 1975 va être marquée par plusieurs arrêts de travail des ouvriers sur le chantier olympique. Les retards s’accumulent. À la fin de l’année, le gouvernement du Québec créé la Régie des installations olympiques (RIO) qui prend en charge les travaux de construction du parc olympique à la place de la Ville de Montréal.

Construction des installations olympiques, photo de Rhéal Benny et Vincent Massaro, 1975, VM94-B162-178

Construction des installations olympiques, photo de Rhéal Benny et Vincent Massaro, 1975, VM94-B162-178

À ce moment, la Ville de Montréal avait déjà livré le bassin olympique au COJO et a tout de même complété le Centre Claude-Robillard en mars 1976, remis au COJO le 18 mai.

En mai et juin, c’est la course contre la montre. De plus, il ne faut surtout pas oublier l’extension de la ligne de métro 1 (verte) de Frontenac à Honoré Beaugrand, inaugurée le 4 juillet. Finalement, hormis le mat, les installations sont prêtes pour les jeux.

Les installations olympiques,  photo de Rhéal Benny et Vincent Massaro, 1976, VM94-B162-259

Les installations olympiques, photo de Rhéal Benny et Vincent Massaro, 1976, VM94-B162-259

Faits saillants

Le 17 juillet, par une bell journée ensoleillée, la reine Élisabeth II annonce l’ouverture de la 21e olympiade devant 73 000 spectateurs. Le maire de Munich remet le drapeau olympique à Lord Killanin, président du COJO, qui le remet ensuite au maire Drapeau que la foule ovationne pendant de longues minutes.

Ouverture des Jeux olympiques, 17 juillet 1976, VM94-O04-007

Ouverture des Jeux olympiques, 17 juillet 1976, VM94-O04-007

Après l’arrivée de la flamme olympique et les serments des athlètes et officiels, on acclame les athlètes des 94 pays. Ces deux semaines de jeux seront un grand succès malgré le boycott d’une vingtaine de pays africains en raison de la présence de la Nouvelle-Zélande, dont l’équipe de rugby s’était rendu en Afrique du Sud, pays de l’apartheid.

On verra ainsi de grandes performances d’athlètes comme les coureurs Alberto Juantorena ou Lasse Viren, le décathlonien Bruce Jenner (devenu Caitlin Jenner), le boxeur Sugar Ray Leonard, la nageuse est-allemande Cornelia Ender et bien sûr la reine des Jeux, Nadia Comaneci.

Malheureusement, le Canada ne remporte aucune médaille d’or, seulement 5 d’argent et 6 de bronze. Le 1er août, La cérémonie de clôture est grandiose avec la participation des nations amérindiennes.

Spectacle de clôture des Jeux olympiques de Montréal, 1er août 1976, VM94-Ad173-002

Spectacle de clôture des Jeux olympiques de Montréal, 1er août 1976, VM94-Ad173-002

La soirée se termine avec l’invitation de la ville de Moscou pour les jeux de 1980. L’été olympique venait de prendre fin, entre autres pour les 11 000 étudiants montréalais qui ont œuvré aux Jeux.

Affiche des Jeux olympiques de 1976, P64-Z-2_15P02

Affiche des Jeux olympiques de 1976, P64-Z-2_15P02

À consulter

Partagez cet article :

Mots-clés

2 réponses à Chronique Montréalité no 43 : Les Jeux olympiques de 1976

  1. robert lalonde dit :

    quand j’étais petit j’allais joué sur l’ancien site du stade olympique , je me souviens qu’il y avais des galerie souteraine avec des ancienne cellule , comme si en temps de guerre il y avais eu un site ou une bataille a cet endroit , bref quand je parle de cela je passe pour un hurluberlu quelqu’un pourrais me renseigner a ce sujet ?

    Merci a l,avance ah oui jai aujourd’hui 58 ans , et quand je jouais la javais entre 10 et 12 ans environt

  2. Rochefort Pierre yves dit :

    Bonjour, en 1976 pour un concours régional pour les élèves du primaire au Québec. J ai gagne le premier prix pour mon dessin des anneaux olympiques de couleurs, ce fut avec ma gardienne et voisine de l époque que nous avons fait ce dessins, j ai encore le talon du payement de 5 dollars pour ce logo, comment ce fait il qu’on ne trouve pas trace du vrai créateur de ce logo. Moi.ce dessin à ete exposé devant le stade olympique cette même année ,moi et ma classe et certain autre élève , nous avons prit l autobus pour le stade olympique , pour aller admirer mon logo en vitrine devant le stade olympique, j aimerai vraiment un suivi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *