Les quartiers disparus de Montréal : la mise en œuvre du plan Dozois dans le Red Light. 1957.

Peut-être avez-vous eu le plaisir de visiter l’exposition « Quartiers disparus », présentée par le Centre d’histoire de Montréal, en collaboration avec les Archives de la Ville de Montréal. Tenue entre 2011 et 2013, cette exposition comportait de magnifiques clichés de secteurs de la ville sur le point d’être rasés, soit le Red light, le Faubourg à m’lasse, Victoriatown et certains abords des rues Vitré ou Viger. Au cours des années 1950 et 1960, l’administration municipale imagine en effet une cité nouvelle et prévoit la destruction de ces quartiers, dont les « taudis » dérangent, et qui doivent laisser place à des installations modernes. Ce seront les habitations Jeanne-Mance, la société Radio-Canada, l’Autostade, les autoroutes Bonaventure et Ville-Marie.

La majeure partie des photographies sélectionnées dans le cadre de l’exposition « Quartiers disparus » était tirée de nos fonds d’archives. Nous vous offrons aujourd’hui la chance de consulter directement cet important ensemble de photographies. D’autres articles (voir au bas de ce billet) permettent par ailleurs d’accéder à des albums photographiques mais également à notre catalogue exhaustif en lien avec la mise en œuvre du plan Dozois et la démolition des secteurs de l’actuelle Société Radio-Canada, de Victoriatown et de l’autoroute Ville-Marie.

Notre article d’aujourd’hui vous offre de découvrir plus de mille photographies prise lors de l’inventaire des habitations ciblées en 1957 par l’application du rapport Dozois. Ce rapport Dozois est déposé trois ans plus tôt par un comité chargé d’éliminer les zones de taudis en favorisant la construction de logements sociaux. Le secteur délimité par les rues Saint-Dominique, Ontario, Sanguinet et Sainte-Catherine est ciblé : on souhaite « nettoyer le quartier de ses activités délinquantes, dont celles de la mafia et du crime organisé (prostitution et drogue) ». Les premiers avis d’éviction sont envoyés à l’été 1957 et les expropriations se poursuivent jusqu’en 1959. Les travaux de construction se terminent en 1961.

À l’été 1957, la Ville réalise un considérable inventaire photographique des habitations vouées à disparaître. Sur ces clichés apparaissent souvent les habitants du secteur, alors que chacun poursuit ses activités quotidiennes et que les enfants envahissent les rues ensoleillées.

 

 

Toutes les photos sont identifiées par un numéro. Afin d’en connaître la signification il faut se référer à ce plan d’expropriation :

Plan d'expropriation L31-Saint-Louis. VM001-4-2, dossier 801.1-2/1. Archives de la Ville de Montréal.

Plan d’expropriation L31-Saint-Louis. VM001-4-2, dossier 801.1-2/1. Archives de la Ville de Montréal.

 

Vous pouvez consulter ici une sélection de 113 photographies particulièrement frappantes, tirées de notre reportage complet :

http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157636432800756/

Ce reportage complet de plus de 1300 photographies est par ailleurs accessible au sein de notre catalogue, aux adresses suivantes :

VM094,S40 :
http://archivesdemontreal.ica-atom.org/photographies-par-jean-paul-gill-1957;rad
P127 :
http://archivesdemontreal.ica-atom.org/collection-marc-choko-1957-1959;rad

À voir également :

Partagez cet article :

21 réponses à Les quartiers disparus de Montréal : la mise en œuvre du plan Dozois dans le Red Light. 1957.

  1. Robert Gauthier dit :

    J’aimerais bien connaître la vie montréalaise de mon père qui est né en 1916 dans le faubourg à’mlasse. Je crois que vos archives peuvent m’aider.

  2. Denise Groulx dit :

    Merci pour les photos.

    Mon quartier disparu. J’y ai grandi de ma naissance à l’âge de 11 ans. J’ai vu construire le plan Dozois et la Place des Arts. J’ai vu mes parents peiner dans la misère la plus abjecte et il ne reste que des photos de notre quartier.

    Je vous remercie de nous permettre de nous souvenirs.

  3. Lawrence Boulanger dit :

    Wonderful photos. Thank you for all your hard work. I enjoyed the archives on the Quartiers Disparus very much.

    I noticed that in the archives on the Villa Marie section and Victoriatown there are many photos of the interior of apartments but in the archives on the Faubourg à m’lasse and the Red Light District there are hardly any. Is there a reason for this? Were none taken? Are they in another file or article? If they exist I would very much like to see them.

    • Nicolas Bednarz dit :

      Hello M. Boulanger,
      Thank you very much for your comment. Unfortunately, we don’t have any photos of the interior of the apartments in the Red Light district. None were taken at the time. We published almost all the photos taken by the City of Montreal of these neighbourhoods before their demolition. Thank you again for your interest in our archives!

  4. Nicolas Gagnon dit :

    Bonjour, sur la photo #VM94s40D3-128, Jean-Paul Gill, on voit l’intersection des rues Sanguinet et Gagnon, vous devriez publier un plan des rues diparues, j’aimerais bien savoir ou se situait la rue Gagnon par rapport à aujourd’hui,

    Merci

    • Nicolas Bednarz dit :

      Bonjour M. Gagnon,
      Au cours des prochains mois, nous travaillerons entre autre à bonifier nos contenus en ligne sur certains secteurs disparus de Montréal. J’en profiterai pour ajouter les guides et rapports entourant la démolition de ces secteurs. Vous pourrez y retrouver des plans et des statistiques sur ces quartiers à l’époque. À venir donc, merci de votre intérêt!

  5. Nathalie dit :

    Bonjour , j’aimerais savoir si vous aller refaire une autre expo sur le faubourg a mélasse ? Je sais qu’il y en avait une en octobre 2013ais plusieurs l’ont manquée ! Merci et j’espère que oui !

  6. Raymond Chouinard dit :

    Merci beaucoup d’avoir mis ces photos à la disposition du public. Ma mère a vécu son enfance sur la rue Chénier qui a disparu lors des démolitions de 1957-1959. La photo de la maison de ses parents fait peut-être partie des 1300 photos de votre catalogue. Existe-t-il un répertoire par adresses et noms de rues?

    Merci

  7. Marie Ermith Datus dit :

    Quelle tristesse… malheureusement la mode c’est de détruire tout ce qui est ancien pour construire du moderne…Personnellement je trouve un cachet particulier sur ce qui a été construit et fait d’antan…ce ne serait pas mieux d’essayer de sauvegarder ces monuments si je peux les appeler comme ça et créer des endroits historiques et/ou des musées pour les visites touristiques payantes en les rénovant tout en gardant leur cachet comme en Europe par exemple. Ce serait tellement une bonne source de revenus pour la ville et/ou le gouvernement. Cette même source de revenu permettrait de l’utiliser pour couvrir les frais de rénovation et/ou d’entretien ainsi qu’administratif…

  8. Helene dit :

    ces tres beau ce que vous faite,moi je cherche ce qu il y avai au coin mont royal et de l hotel ville année 1977,merci vous fait du beau travail

  9. lina viau dit :

    Nous nous sommes mariés en 1957 a l’hôtel cartier st denis rue stdenis quel était le nom de cet hotel à cette époque merci d,avance

  10. nuage dit :

    bjr
    en 1978 il y avait une taverne coin mont royal et hotel de ville
    3s que il y a des photos sur ce batiment svp
    j aime faire des recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *