Chronique Montréalité no 35 : l’hôpital Royal Victoria


À tous les lundis et pour une troisième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/). Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com.

***

Vue aérienne de l'hôpital Royal Victoria, photo de Raymond Gagnon, 9 juin 1971, VM94-B092-001

Vue aérienne de l’hôpital Royal Victoria, photo de Raymond Gagnon, 9 juin 1971, VM94-B092-001

Les hôpitaux montréalais aux 19e siècle

Le premier hôpital est l’Hôtel-Dieu fondé par Jeanne Mance et construit en 1645. L’institution déménage à son emplacement actuel, sur l’avenue des Pins, en 1861.

Hôtel-Dieu de Montréal, photo de Rhéal Benny, 9 juin 1961, VM94-Z1477-4

Hôtel-Dieu de Montréal, photo de Rhéal Benny, 9 juin 1961, VM94-Z1477-4

En 1693, des frères hospitaliers, les Frères Charon, fondent l’Hôpital général, repris par les Sœurs grises en 1747. En fait, cette institution est un hospice et n’a aucun lien avec l’hôpital général que l’on connait de nos jours. Ce dernier est fondé en 1819 sous le nom de Montreal General Hospital. C’est le premier hôpital entièrement anglophone à ouvrir ses portes depuis la capitulation de Montréal en 1760. Les clientèles visées par l’établissement sont les immigrants démunis en provenance de Grande-Bretagne.

En 1880, la succursale de l’Université Laval à Montréal, ancêtre de l’Université de Montréal, fonde un hôpital catholique, l’hôpital Notre-Dame, sur la rue du même nom.

Hôpital Notre-Dame, photo d'Edgar Gariépy, vers 1920, BM42-G1038

Hôpital Notre-Dame, photo d’Edgar Gariépy, vers 1920, BM42-G1038

La fondation

Deux événements majeurs marquent les décennies 1870 et 1880 : le parc du mont Royal et l’épidémie de 1885. À compter de 1871, la Ville de Montréal fait l’acquisition de plusieurs propriétés en vue de la création d’un parc sur la montagne qui est inauguré en 1876.

Près de 10 ans plus tard, en 1885, Montréal est frappé par une grande épidémie de variole qui fait plus de 3 000 morts.

Cette dernière décennie est aussi le moment où Montréal devient la métropole incontestée du Canada à cause de ses installations portuaires, ferroviaires et industrielle.

Montréal à la fin du 19e siècle, VM6S10-D4000-2-11

Montréal à la fin du 19e siècle, VM6S10-D4000-2-11

En 1887, année du 50e anniversaire de l’accession au trône de la reine Victoria, deux riches Montréalais donnent 1 million de dollars à l’université McGill pour la construction d’un hôpital.  La couronne britannique permet l’utilisation du nom «Royal Victoria Hospital».

Reine Victoria, 19e siècle, BM7-2_10P012_C12-42428

Reine Victoria, 19e siècle, BM7-2_10P012_C12-42428

Les personnages-clés

Trois personnalités sont à l’origine de la création de l’hôpital, soit les deux donateurs et un homme politique.

Le premier est Donald Alexander Smith qui, ultérieurement, deviendra le premier Baron Strathcona et Mount Royal. Né en Écosse, il arrive au Bas-Canada en 1838 et oeuvre pour la compagnie de la Baie d’Hudson. Smith fait sa marque dans le monde des affaires avec le Canadien Pacifique (CP) et de nombreuses autres compagnies.

Donald Alexander Smith, 1er baron Strathcona et Mount Royal, début du 20e siècle, BM1-5P2010-1

Donald Alexander Smith, 1er baron Strathcona et Mount Royal, début du 20e siècle, BM1-5P2010-1

Donald Smith a été l’un des grands mécènes de l’Université McGill. Il a aussi favorisé l’accès des femmes à l’université grâce à un don de 120 000 dollars en 1884 et au financement de la construction du Royal Victoria College. En hommage au donateur, les premières étudiantes de l’Université McGill étaient surnommées les «Donaldas».

Le second, aussi un Écossais de naissance, est, de surcroît, le cousin de Smith. George Stephen arrive à Montréal en 1850.

Lord George Stephen Mount Stephen, début du 20e siècle, BM1-5P1543

Lord George Stephen Mount Stephen, début du 20e siècle, BM1-5P1543

Spécialisé dans le commerce d’importation puis dans les entreprises manufacturières, il devient en un dizaine d’années l’un des plus importants financiers de Montréal.  Président de la Banque de Montréal, il fait partie des membres fondateurs du Canadien Pacifique et en devient le premier président. Il est anobli en 1891 et prend le titre de premier Baron Mount Stephen.

Le troisième, John Joseph Caldwell Abbott, est né au Bas-Canada.  Avocat et homme politique, il devient sénateur, maire de Montréal et premier président du conseil d’administration de l’hôpital Royal Victoria en 1887.

Sir John Joseph Caldwell Abbott. fin du 19e siècle, BM1-5P0003-1

Sir John Joseph Caldwell Abbott. fin du 19e siècle, BM1-5P0003-1

Fait intéressant, Abbott est le seul maire de Montréal à avoir été premier ministre du Canada. Le 15 juin 1891, il succède à John A. MacDonald décédé plusieurs jours auparavant. Il démissionne en novembre 1892 pour des raisons de santé et meurt l’année suivante.

La construction

Avant de construire l’hôpital, il faut trouver un terrain. Or celui qui est convoité se trouve dans le parc du mont Royal. Grâce à l’intervention du maire Abbott, aussi président du conseil d’administration de l’hôpital, la Ville de Montréal accepte de louer le terrain à perpétuité.

Toutefois, des inquiétudes sont soulevées par des citoyens. Ce nouvel hôpital pourrait-il contaminer l’eau potable de la ville car le réservoir McTavish, encore à ciel ouvert à cette époque, est situé en face? Pour régler le problème, Donald Smith achète donc un terrain voisin à l’est, là où est finalement érigé l’hôpital.

La construction des trois édifices d’origine (administration, médecine et chirurgie) débute le 20 juin 1891. Pour dessiner les plans de l’hôpital, l’architecte londonien choisi s’inspire du Royal Infirmary d’Édimbourg. Plus de 200 travailleurs, 200 maçons et 80 charpentiers vont travailler sur ce chantier.

Sur le site du Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal, on décrit cet hôpital comme «un ensemble bâti impressionnant doté de tourelles, de poivrières et d’échauguettes».

Hôpital Royal VIctoria, années 1970, VM6S10-R3087-2_687O-014

Hôpital Royal VIctoria, années 1970, VM6S10-R3087-2_687O-014

Le 2 décembre 1893, le gouverneur général du Canada Lord Aberdeen procède à l’inauguration de l’hôpital. Il y évoque la mission de l’institution qui doit desservir les malades de toutes religions et de toutes nationalités, contribuer aux progrès de la médecine et créer une école pour former les infirmières.

Carte postale de l'hôpital Royal Victoria, début du 20e siècle, VM6S10-R3087-2_687O-001A

Carte postale de l’hôpital Royal Victoria, début du 20e siècle, VM6S10-R3087-2_687O-001A

Le développement du site

Vue aérienne du secteur de l'hôpital, 1947, VM97-3-7_P09-28

Vue aérienne du secteur de l’hôpital, 1947, VM97-3-7_P09-28

Au fil du temps, le site de l’hôpital, qui sera prochainement déserté, a grandement évolué. En 1907, la maison des infirmières (pavillon Hershey) est construite sur le terrain loué par la Ville en 1887.

L'hôpital Royal Victoria avec la maison des infirmières (à gauche), années 1920, P500-Y-1_20-019

L’hôpital Royal Victoria avec la maison des infirmières (à gauche), années 1920, P500-Y-1_20-019

En 1915-1916, c’est au tour du pavillon Ross Memorial de voir le jour. Situé aussi sur le terrain loué par la Ville, il est destiné aux patients payants seulement. Quant au pavillon des Femmes, il est construit en 1925-1926.

Le pavillon Ross Memorial (en haut à gauche) et le pavillon des Femmes (à la droit du premier), années 1970, VM6S10-R3087-2_687O-027

Le pavillon Ross Memorial (en haut à gauche) et le pavillon des Femmes (à la droit du premier), années 1970, VM6S10-R3087-2_687O-027

Dans les années 1940, la maison Ravenscrag de Sir Hugh Allan est remise à l’hôpital et devient l’Institut Allan Memorial spécialisé en psychiatrie.

Ravenscrag (Allan Memorial Institute), années 1970, VM6S10-R3087-2_689-1140O-010

Ravenscrag (Allan Memorial Institute), années 1970, VM6S10-R3087-2_689-1140O-010

D’autres pavillons sont construits dans les années 1950 et 1960. Le dernier, le pavillon du Centenaire, est inauguré en 1993. Quatre années plus tard, en 1997, les hôpitaux anglophones sont fusionnés pour former le CUSM et le déménagement complet vers le site Glen sera complété le 26 avril prochain.

Sources : 

Héritage Montréal. «Hôpital Royal Victoria», Montréal en quartiers. http://www.memorablemontreal.com/print/batiments_menu.php?quartier=2&batiment=92&section=Array&menu=intro

Ville de Montréal. «Fiche de secteur : Hôpital Royal Victoria», Grand Répertoire du patrimoine bâti, 2009. http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/inventaire/fiche_zone.php?batiment=oui&lignes=25&protection=0&zone=&debutz=100&id=1053

Ville de Montréal. Division du patrimoine. Énoncé de l’intérêt patrimonial : Site de l’hôpital Royal Victoria, 7 mai 2013, 35 p.  http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/PATRIMOINE_URBAIN_FR/MEDIA/DOCUMENTS/ROYALVICTORIA_%C9NONC%C9_070513%20FINAL.PDF

 

Partagez cet article :

Mots-clés

2 réponses à Chronique Montréalité no 35 : l’hôpital Royal Victoria

  1. Ping : Fermé | Khmlemonde's Weblog

  2. Keven Lavoie dit :

    Voici quelques photos de l’intérieur après le déménagement.

    https://www.flickr.com/photos/kproduxions/sets/72157651800809337

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *