Perspectives allochtones sur les réalités autochtones : estampes, peintures, cartes et plans

Par Anne-Marie Dubreuil.

Se représenter notre compréhension du passé comme un portrait cubiste : telle est la métaphore proposée par l’historien Robert C.H. Sweeny dans son ouvrage Why Did We Choose to Industrialize? Montreal, 1819-1849 (2015). Qu’implique cette conception de l’histoire? Il s’agit d’accepter que notre interprétation du passé soit constituée de perspectives multiples, souvent divergentes et contradictoires, qu’il n’est pas nécessaire d’homogénéiser ou d’imbriquer de manière lisse. Afin de construire ce portrait cubiste, il est nécessaire de solliciter des sources diverses, produites selon leur propre logique, qui offrent des perspectives partielles variées sur le passé.

Ainsi pourraient être mobilisés les documents d’archives que nous vous présentons aujourd’hui, soit des documents datant du XVIIe au XXIe siècle transmettant les points de vue d’Allochtones sur les réalités autochtones du territoire canadien : ces documents pourraient contribuer à une démarche d’interprétation du passé, mais, porteurs de perspectives coloniales bien campées, ils ne peuvent documenter qu’un angle du portrait cubiste de l’histoire des peuples autochtones et des relations coloniales. Avec cette approche en tête, nous vous invitons à découvrir, au fil de trois articles, des ensembles de documents éloquents gardés par les Archives de Montréal témoignant de quatre siècles de regards allochtones sur les réalités autochtones.

***

Nous nous intéresserons dans ce premier article à quatre séries de nos archives contenant des estampes, des peintures, des cartes et des plans ayant pour sujet les peuples autochtones du territoire canadien. Ces séries documentaires se trouvaient initialement dans la salle Gagnon de la Bibliothèque de Montréal, avant d’être transférées à la Division de la gestion des documents et des archives de la ville en 1997-1998.

Série « Estampes, cartes et plans » du fonds A.-Léo Leymarie (BM005-3)

Femme iroquoise, dessin de J. Grasset de Saint-Sauveur, gravure de J. Laroque, 18e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM005-3-D18-P057

Femme iroquoise, dessin de J. Grasset de Saint-Sauveur, gravure de J. Laroque, 18e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM005-3-D18-P057

Passionné par l’histoire des colonies françaises de l’Amérique du Nord, le journaliste français A. Léo Leymarie a amassé au fil de sa vie, de manière plus ou moins légitime comme l’a exposé le journaliste Sylvain Lumbroso dans les pages du Devoir, une importante collection de documents historiques relatifs au Canada.

Parmi ceux-ci, de nombreuses estampes illustrent la perception allochtone des Autochtones et de leurs mœurs. Notamment, Leymarie a récolté six estampes de Bernard Picart portant sur diverses traditions des « peuples du Canada », ainsi que sept estampes dessinées par Jacques Grasset de Saint-Sauveur représentant plusieurs membres d’une communauté iroquoise.

.

.

Leymarie a aussi accumulé plusieurs estampes extraites des récits de voyages du baron de Lahontan, figurant tantôt les outils de transport développés par les Autochtones, tantôt leurs différentes manières de chasser, tantôt une bataille entre Français et Iroquois.

Plan du fort de la mission du lac des Deux-Montagnes, plan de Chaussegros de Lery, 1719. Archives de la Ville de Montréal, BM005-3-D01-P028.

Plan du fort de la mission du Lac des Deux-Montagnes, plan de Chaussegros de Lery, 1719. Archives de la Ville de Montréal, BM005-3-D01-P028.

.

.

.

De plus, le journaliste avait en sa possession un grand nombre de documents cartographiques : on retrouve entre autres dans cette série le plan de la mission du Lac des Deux-Montagnes (établie en 1721), ainsi qu’une quinzaine de cartes des XVIIIe et XIXe siècles situant plusieurs communautés autochtones sur le territoire nord-américain.

Carte de l’Amérique du Nord situant plusieurs groupes autochtones et les régions des rencontres annuelles, vers 1844. Archives de la Ville de Montréal, BM005-3-D01-P012 [extrait].

Carte de l’Amérique du Nord situant plusieurs groupes autochtones et les régions des rencontres annuelles, vers 1844. Archives de la Ville de Montréal, BM005-3-D01-P012 [extrait].

Série « Estampes » de la collection Philéas Gagnon (BM007-2)

La collection de l’auteur, politicien et conservateur Philéas Gagnon a été reconnue comme le plus important ensemble de Canadiana et d’Americana du XIXe siècle. Les Archives de Montréal gardent une partie de cette masse documentaire, soit les autographes et autres manuscrits, les cartes et les plans, les vues, dessins et portraits ainsi que les ex-libris.

Au sein de cette section de la collection, de nombreux documents ont pour sujet les peuples autochtones : c’est le cas d’une vingtaine de portraits, estampes et peintures, représentant des Iroquois, Hurons, Abénakis, Algonquins, Outaouais, Népissingues, Chippeways, Ouitotos, Têtes-plates, Mandans et Séminoles.

.

Autochtones des environs de Québec, d'après les dessins de la Collection de A Vattemare, supervision de Lemaître, 19e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D14-P002.

Autochtones des environs de Québec, d’après les dessins de la Collection de A Vattemare, supervision de Lemaître, 19e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D14-P002.

Rites entourant le calumet de paix, vers 1720. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D15-P006 [extrait].

Rites entourant le calumet de paix, vers 1720. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D15-P006 [extrait].

.

.

.

.

Plusieurs estampes illustrent également des rencontres entre émissaires coloniaux et représentants des nations autochtones, alors que d’autres proposent un regard sur la culture, les savoirs et les usages de ces communautés.

Mariage chez les peuples autochtones, vers 1720. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D15-P007 [extrait].

Mariage chez les peuples autochtones, vers 1720. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D15-P007 [extrait].

Enfin, huit cartes documentent l’occupation territoriale des nations autochtones du  point de vue allochtone, en divers moments des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Carte de la Nouvelle-France situant plusieurs groupes autochtones nouvellement rencontrés en 1673-1674, carte de l’explorateur Louis Jolliet reproduite dans le Magazine of American History, original créé en 1674, reproduction du 19e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D18-P017.

Carte de la Nouvelle-France situant plusieurs groupes autochtones nouvellement rencontrés en 1673-1674, carte de l’explorateur Louis Jolliet reproduite dans le Magazine of American History, original créé en 1674, reproduction du 19e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM007-2-D18-P017.

Série « Portraits historiques canadiens » du fonds Aegidius Fauteux (BM001-05)

Thayendanegea (Joseph Brant), 19e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM001-05-P0237.

Thayendanegea (Joseph Brant), 19e siècle. Archives de la Ville de Montréal, BM001-05-P0237.

.

Les recherches historiques menées par le bibliothécaire Aegidius Fauteux, portant sur de nombreux sujets de l’histoire canadienne, l’auront amené à colliger plus de deux mille portraits de personnalités du territoire canadien, dont plusieurs missionnaires français représentés en martyrs ainsi que des personnes autochtones : on y retrouve notamment les portraits du métis Louis Riel, de l’illustre convertie Kateri Tekakwitha et du chef guerrier mohawk Thayendanegea (Joseph Brant).

.

.

.

.

Série « Cartes, plans, gravures et autre iconographie de grand format » de la collection de la Bibliothèque de Montréal (BM002-39)

Au sein de cette série de documents de grand format, on retrouve quatre cartes du territoire canadien situant plusieurs nations autochtones.

Carte de la région des Grands Lacs, 1780, Archives de la Ville de Montréal, BM002-39-D015-P006.

Carte de la région des Grands Lacs, 1780, Archives de la Ville de Montréal, BM002-39-D015-P006.

.


 

Restez à l’affût de notre second article, qui présentera nos ensembles de photographies ayant trait aux réalités autochtones.

Vous voulez en voir davantage? Voici quelques autres documents d’intérêt extraits des séries présentées :

BM005-3 :

BM007-2 :

BM001-5 :

Sources

Bednarz, N. (2017, 5 septembre). Les cent ans de la Bibliothèque de la Ville de Montréal [Article de blogue]. Récupéré de http://archivesdemontreal.com/2017/09/05/les-cent-ans-de-la-bibliotheque-de-la-ville-de-montreal/

Boboyant, M. (1996). La bibliothèque de la Ville de Montréal, la collection Gagnon et son fondateur Philéas Gagnon. Les cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, 6, 67-82. Récupéré de https://images.sdm.qc.ca/fichiers/Public/1997/9755467.HTM#R80099

Chalifoux, É. (2009). Près de trois siècles de revendications territoriales. Recherches amérindiennes au Québec, 39 (1-2), 109-113. https://doi.org/10.7202/045001ar

Graymont, B. (1983). Thayendanegea. Dans Dictionnaire biographique du Canada. Récupéré de http://www.biographi.ca/fr/bio/thayendanegea_5F.html

Lumbroso, S. (2018, 25 août). Un voleur ou un héros?. Le Devoir. Récupéré de https://www.ledevoir.com/societe/535259/leo-leymarie

Ouellet, Réal. Baron de Lahontan. Récupéré de http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-183/Baron_de_Lahontan.html#.XSYXWet Khpg

Sweeny, R. (2015). Why Did We Choose to Industrialize? Montreal, 1819-1849. Montréal : McGill-Queen’s University Press.


Si les enjeux relatifs à l’écriture de l’histoire des peuples autochtones vous intéressent, nous vous suggérons la lecture suivante :

L’histoire des nations au Québec et au Canada : Un travail en chantier, sous la direction de Caroline Hervé et Julie Rodrigue, Les Cahiers du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (2009).


À propos de l’autrice : Anne-Marie Dubreuil, stagiaire à la Section des archives de la ville de Montréal, est candidate à la maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur l’histoire canadienne, notamment l’histoire des relations coloniales. Elle a complété la concentration de premier cycle en études autochtones de l’UQÀM et œuvre contractuellement comme assistante de recherche, sur des projets relatifs à l’histoire des peuples autochtones, pour Historicé Consultants.

 

Partagez cet article :

Mots-clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *