Chronique Montréalité no 47 : L’île Notre-Dame

À tous les lundis et pour une quatrième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/). Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com.

***

Origines

L’île artificielle que l’on connaît de nos jours, est issue d’une petite île rocheuse nommée Île à la Pierre. Le premier événement identifié à cette dernière se déroule le 25 octobre 1661.

Mr Vignal attaqué par les Iroquois à l'île à la Pierre / le 25 octobre 1661 / (Il est blessé à mort), attribué à James Duncan, milieu du 19e siècle, BM99-1_01-P-219

Mr Vignal attaqué par les Iroquois à l’île à la Pierre / le 25 octobre 1661 / (Il est blessé à mort), attribué à James Duncan, milieu du 19e siècle, BM99-1_01-P-219

Cette journée-là, le Sulpicien Guillaume Vignal s’amène dans l’île avec des ouvriers pour ramasser des matériaux en vue de terminer la construction du premier séminaire situé rue Saint-Paul. Ils sont alors attaqués et capturés par des Iroquois. Vignal meurt deux jours plus tard au Cap-de-la-Madeleine.

En 1835, l’homme d’affaires montréalais George Moffatt devient propriétaire de l’île à la Pierre qui est le plus souvent identifiée sous le nom d’île Moffatt.

Plan de L'Ile à-la-Pierre dans le Fleuve St Laurent, 1845, BM99-1_01-P-222

Plan de L’Ile à-la-Pierre dans le Fleuve St Laurent, 1845, BM99-1_01-P-222

Le chemin de fer et l’île Moffat

La première ligne de chemin de fer au Canada relie Laprairie à Saint-Jean en 1836. Les bateaux prennent ensuite le relais vers New York au Sud et vers Montréal au Nord.

En 1852, la compagnie ferroviaire décide de rapprocher son terminus de Montréal en l’installant sur le territoire de la future municipalité de Saint-Lambert, créée en 1857.

Une jetée est installée à l’île Moffatt où les marchandises sont transportées par bateaux dans le port de Montréal.

Plan de la cité de Montréal (extrait), 1854, VM66-S4P037

Plan de la cité de Montréal (extrait), 1854, VM66-S4P037

Avec l’ouverture du pont Victoria en décembre 1859, la traverse n’a plus sa raison d’être et la jetée de l’île Moffatt est abandonnée vers 1872.

En 1944, le gouvernement de Maurice Duplessis décide de modifier la charte de la Ville de Saint-Lambert pour lui permettre de percevoir des taxes sur le pont Victoria. Ses limites se rendent dorénavant jusqu’au milieu du Saint-Laurent, englobant ainsi l’île Moffatt.

Site d’Expo 67

Au milieu des années 1950, les premiers remblais de terre sont sont aménagés dans le cadre des travaux de construction de la Voie Maritime du Saint-Laurent.

La construction de l'île Notre-Dame longeant la Voie Maritime (terminée en 1959), mai 1964, VM94-Ad022-017

La construction de l’île Notre-Dame longeant la Voie Maritime (terminée en 1959), mai 1964, VM94-Ad022-017

Avec l’île Sainte-Hélène, tout ce secteur est choisi pour la tenue de l’exposition universelle de 1967.  Le 28 mars 1963, avec l’appui des deux paliers de gouvernement, le maire présente le futur site de l’Expo à la presse. La Ville de Montréal veut en profiter pour inventer une nouvelle île créée à partir de l’île Moffatt (ou à la Pierre) et qui portera le nom de «Notre-Dame». Après l’Expo, l’Île pourrait faire place à du développement résidentiel et commercial rapportant des millions de dollars en taxes municipales.

Plan des aménagements pour l'exposition universelle de 1967, 1965, VM66-S7P024

Plan des aménagements pour l’exposition universelle de 1967, 1965, VM66-S7P024

Saint-Lambert va s’élever contre le projet car l’île Moffatt est sa propriété et non celle de Montréal. Le gouvernement du Québec va déléguer son ministre des Affaires municipales, le lambertois Pierre Laporte, pour dénouer l’impasse.

Un mois plus tard, le gouvernement de Jean Lesage décide que Montréal sera propriétaire de l’île Notre-Dame après l’Expo. Toutefois, aucun parc d’amusements, usines ou immeubles d’habitations ne devront y être construits.

Début des travaux

Les travaux de préparation des îles sont inaugurés en grandes pompes le 12 août 1963 à l’île Sainte-Hélène. Les nouveaux aménagements vont nécessiter 28 millions de tonnes métriques de roc provenant, entre autres, de la construction du métro de Montréal.

Vue aérienne de la construction de l'île Notre-Dame, photo Louis-Philippe Meunier, 22 octobre 1963, VM94-EX021-006

Vue aérienne de la construction de l’île Notre-Dame, photo Louis-Philippe Meunier, 22 octobre 1963, VM94-EX021-006

On estime que la création de l’île Notre-Dame a coûté 12 millions de dollars. Le 30 juin 1964, la Ville de Montréal remet les îles à la compagnie de l’Expo 67. Commence alors la construction de 850 pavillons et bâtiments.

Bateau sur la Voie maritime et construction de pavillon sur l'île Notre-Dame, 1966, VM94-Ad110-002

Bateau sur la Voie maritime et construction de pavillon sur l’île Notre-Dame, 1966, VM94-Ad110-002

Expo 67 est inaugurée le 27 avril 1967. Jusqu’à la clôture, le 29 octobre, 50 millions de visiteurs vont séjourner dans les îles. Sur l’île Notre-Dame, on retrouve des pavillons importants comme ceux du Canada, du Québec, de la France, de l’Allemagne et de l’URSS.
On dispose aussi de plusieurs canaux, du lac des Régates et du parc Notre-Dame où l’on peut pique-niquer et pêcher.

Jeunes pêcheurs au parc de l'île Notre-Dame, photo Gordon Beck, été 1968, VM94-EX181-004

Jeunes pêcheurs au parc de l’île Notre-Dame, photo Gordon Beck, été 1968, VM94-EX181-004

Avant la fermeture, le maire Drapeau annonce que l’exposition deviendra permanente dès 1968, sous le nom de Terre des Hommes. La vocation résidentielle et commerciale de l’île Notre-Dame ne verra donc jamais le jour.

Grands événements

En mai 1968, on inaugurait Terre des Hommes en présence du premier ministre du Canada, Pierre Trudeau. Pour les Jeux olympiques de 1976, un bassin de compétitions va être construit sur l’île Notre-Dame.

Îles Notre-Dame et Sainte-Hélène, photo Réjean Martel, 26 août 1989, VM94-B274-041

Îles Notre-Dame et Sainte-Hélène, photo Réjean Martel, 26 août 1989, VM94-B274-041

Deux ans plus tard, on inaugure la piste du Grand Prix de formule 1 de Montréal qui sera remporté par le Québécois Gilles Villeneuve.

Premier Grand Prix du Canada sur l'Île Notre-Dame, Niki Lauda au volant de sa Brabham-Alfa Romeo, 8 octobre 1978, VM94-Y-2_01P075

Premier Grand Prix du Canada sur l’Île Notre-Dame, Niki Lauda au volant de sa Brabham-Alfa Romeo, 8 octobre 1978, VM94-Y-2_01P075

En 1980, ce sont les Floralies internationales de Montréal qui s’installe dans l’île. L’année suivante, Terre des Hommes ferme définitivement ses portes.

Vue aérienne des Floralies internationales de Montréal, 1980, VM94-B253-009

Vue aérienne des Floralies internationales de Montréal, 1980, VM94-B253-009

À compter des années 1990, on voit s’installer le Casino dans les pavillons de la France et du Québec. Mais auparavant, l’administration du maire Jean Doré fait aménager une plage publique qui a officiellement pris le nom de plage Jean-Doré en 2015.

Sources 

Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal. Fiche du secteur : Île Notre-Dame .  http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/inventaire/fiche_zone.php?id=1140

Olga Jurgens, « VIGNAL, GUILLAUME », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 nov. 2015, http://www.biographi.ca/fr/bio/vignal_guillaume_1F.html.

Gerald Tulchinsky, « MOFFATT, GEORGE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 nov. 2015. http://www.biographi.ca/fr/bio/moffatt_george_9F.html

Partagez cet article :

Mots-clés

2 réponses à Chronique Montréalité no 47 : L’île Notre-Dame

  1. Denis Duquette dit :

    La photo (010_VM94-B274-041-600×606.jpg) montrant une vue aérienne des îles a été placée à l’envers.

    Merci pour vos chroniques intéressantes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *