Chronique Montréalité no 46 : L’île Sainte-Hélène, depuis 1611

À tous les lundis et pour une quatrième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/). Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com.

***

L'Île Sainte-Hélène, photo Yvon Bellemare, 12 août 1963, VM94-EX002-109

L’Île Sainte-Hélène, photo Yvon Bellemare, 12 août 1963, VM94-EX002-109

La découverte

Vers la fin de mai 1611, Samuel de Champlain donne le nom de Sainte-Hélène à la grande île située face à l’île de Montréal. Il souhaite ainsi rendre hommage à son épouse Hélène Boullé, alors âgée de 13 ans.

Samuel de Champlain, 19e siècle, BM1-5P0367-1

Samuel de Champlain, vers 1930, BM1-5P0367-1

En 1665, Charles LeMoyne, seigneur de Longueuil, fait l’acquisition des îles Sainte-Hélène et Ronde. Il entreprend la construction d’une maison sur l’île. Trois ans plus tard, Louis XIV accorde des lettres de noblesse à Le Moyne. L’un de ses fils, Jacques, prend le nom de Le Moyne de Sainte-Hélène alors que d’autres choisissent Bienville, Maricourt ou Iberville.

Au début du 18e siècle, l’île fait partie de la baronnie de Longueuil puisque le roi accorde le titre de baron au fils ainé de Charles Le Moyne, devenu seigneur à la mort de son père.

Au moment de la guerre de la Conquête (1756-1763), le chevalier de Lévis fait construire des batteries et des retranchements sur l’île. La légende veut qu’au moment de la capitulation de Montréal, Lévis s’y soit rendu pour brûler ses drapeaux. En fait, les drapeaux auraient été détruits à plusieurs endroits dans l’île de Montréal.

François, duc de Lévis, 19e siècle, BM1-5P1248-3

François, duc de Lévis, 19e siècle, BM1-5P1248-3

Sous le régime anglais

Après la Conquête, l’île Sainte-Hélène est toujours la propriété de la baronne de Longueuil, jeune veuve  de 22 ans, qui se remarie en 1770 avec William Grant. On y retrouve un manoir de même qu’un verger, qui produit un bon nombre de barriques de cidre.

Durant la guerre de 1812-1814 contre les États-Unis, l’armée britannique fait installer un poste d’observation dans la plus haute partie de l’île. En prévision d’une éventuelle invasion américaine, le gouvernement britannique achète l’île en 1818 et décide de la fortifier. À partir de ce moment, les régiments britanniques en garnison à Montréal envoient des compagnie camper sur l’île.

Campement militaire sur l'île Sainte-Hélène, photo John Henry Barton, vers 1864, P90-YP3

Campement militaire sur l’île Sainte-Hélène, photo John Henry Barton, vers 1864, P90-YP3

Les soldats y construisent de nouveaux bâtiments, dont des casernes et une poudrière. On ouvre aussi un cimetière militaire.

Casernes de l'île Sainte-Hélène, vers 1950, VM6-D1901-17-9-2-037

Casernes de l’île Sainte-Hélène, vers 1950, VM6-D1901-17-9-2-037

Finalement, en 1870, au moment où le Royaume-Uni retire ses troupes au Canada, l’île est cédée au gouvernement canadien qui y installe une garnison de soldats d’ici.

Un parc

Dès la fin de la présence britannique dans l’île, le conseil municipal rêve d’en faire un lieu d’amusements, où les Montréalais pourraient pique-niquer.

En 1874, l’administration montréalaise obtient la permission d’utiliser l’île. Le 25 juin de cette même année, lendemain de la fête nationale, plus de 6 000 personnes venues sur 3 navires à vapeur débarquent dans l’île pour assister à un grand concert.

Carte de l'île Sainte-Hélène, 1876, VM6-D1901-17-5-A-003

Carte de l’île Sainte-Hélène, 1876, VM6-D1901-17-5-A-003

À la fin du 19e siècle, l’île est devenue le parc des familles ouvrières, qui viennent y respirer un air plus pur que celui de leur quartier.

Dans la partie sud, le Montreal Swimming Club y installe aussi une plage pour la baignade. En 1908, le gouvernement fédéral vend finalement l’île Sainte-Hélène et l’Île Ronde à la Ville de Montréal.

VM6-D1901-17-13-001

VM6-D1901-17-13-001

Les travaux prévus

En 1931, l’administration approuve un projet de l’architecte paysagiste Frédérick Todd, qui prévoit un agrandissement de l’île et le rattachement de l’île Ronde.

Plan de développement de Frederick Todd, 1931, VM6-D1901-17-5-A-001

Plan de développement de Frederick Todd, 1931, VM6-D1901-17-5-A-001

Or, depuis l’année précédente, l’accès à l’île a été facilité avec l’ouverture du premier pont routier sur le fleuve Saint-Laurent, le pont du Havre (devenu Jacques-Cartier en 1934).

Accès à l'île Sainte-Hélène par le pont Jacques-Cartier, 1930, VM6-D1901-17-4-015

Accès à l’île Sainte-Hélène par le pont Jacques-Cartier, 1930, VM6-D1901-17-4-015

Avec la crise économique qui continue de sévir, le projet devient plus modeste et Montréal procède à des travaux de chômage à compter de 1936. On  érige notamment un réservoir d’eau dans une tour que l’on baptise du nom de Lévis.

Tour Lévis, années 1930, VM6-D1901-17-12-003

Tour Lévis, années 1930, VM6-D1901-17-12-003

Les travaux de rénovations des installations militaires et la construction de nouveaux bâtiments, comme le futur restaurant Hélène-de-Champlain, sont interrompus durant la Seconde guerre mondiale.

L’île retrouve alors une fonction militaire et devient un lieu de détention de prisonniers de guerre, dont 400 membres de la communauté italienne.

Dans les années 1950, on parachève les travaux et des piscines extérieures sont construites. Elles sont inaugurées par le maire Camillien Houde en 1953.

Piscines de l'île Sainte-Hélène, 1953, VM6-D1901-17-14-001

Piscines de l’île Sainte-Hélène, 1953, VM6-D1901-17-14-001

En 1955, David Macdonald Stewart fonde le Musée militaire de Montréal (devenu musée Stewart). Logé à ses débuts dans le blockhaus, il va graduellement occuper les casernes, la poudrière et le dépôt militaire .

Blockhaus de l'île Sainte-Hélène, 1937, VM94-Z89-4

Blockhaus de l’île Sainte-Hélène, 1937, VM94-Z89-4

Expo 67

En 1962, Montréal est choisie pour tenir l’exposition universelle de 1967, qui marque aussi le centenaire du Canada.  Après l’analyse de différents sites possible, le choix se porte sur les îles du Saint-Laurent en 1963. Le projet de Todd d’agrandissement de l’île reprend vie en plus de la création d’une nouvelle terre : l’île Notre-Dame.

Vue aérienne de l'île Sainte-Hélène, photo Yvon Bellemare, 12 avril 1963,  VM94-B010-021

Vue aérienne de l’île Sainte-Hélène, photo Yvon Bellemare, 12 avril 1963, VM94-B010-021

L’île Sainte-Hélène verra ensuite la construction de pavillons dont l’un des plus célèbres est la Biosphère de même que l’ouverture d’une station du métro de Montréal.

Travaux sur les îles Sainte-Hélène et Ronde, photo Louis-Philippe Meunier, 23 mai 1965, VM94-B014-012

Travaux sur les îles Sainte-Hélène et Ronde, photo Louis-Philippe Meunier, 23 mai 1965, VM94-B014-012

De 1968 à 1981, ce sera l’exposition Terre des Hommes, suivi de la constitution du Parc des îles en 1992, renommé Jean-Drapeau en 1999.  Depuis 2007, l’île est reconnue comme un site patrimonial.

Sources

Lapointe, Lionel. «L’Île Sainte-Hélène»,The Canadian Antiquarian ans Numismatic Journal, 1933,  p. 60-96.

Commission métropolitaine de Montréal. L’Île  Sainte-Hélène et son histoire, vers 1939.

Conseil du patrimoine de Montréal. Le site du patrimoine de l’Île Sainte-Hélène. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6377,97025619&_dad=portal&_schema=PORTAL (page consultée le 21 octobre 2015)

Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal. Île Sainte-Hélène. http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/inventaire/fiche_zone.php?zone=oui&requete=simple&id=1141 (page consultée le 21 octobre 2015)

Perreault, Claude. L’île Sainte-Hélène de Samuel de Champlain : 1611 à Expo 67.  1967.

Repértoire du patrimoine culturel du Québec. Site du patrimoine de l’Île-Sainte-Hélène. http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=118261&type=bien#.Vie7v34vfcs (page consultée le 21 octobre 2015)

 

Partagez cet article :

Mots-clés

Une réponse à Chronique Montréalité no 46 : L’île Sainte-Hélène, depuis 1611

  1. Jean-Marc Hurtubise dit :

    Bonjour,
    La 5e photo ci-haut (après le vidéo), identifiée; « Casernes de l’île Sainte-Hélène, vers 1920, VM6-D1901-17-9-2-037 ».

    Ce n’est certe pas une photo des années ’20 !! La voiture qui se trouve sur cette image est trop moderne pour être de cette époque. On distingue difficilement le modèle exact de la voiture mais sa forme générale rappelle les familiales des années ’50 ou même ’60.

    Il faudra faire une correction.

    Merci !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *