Les quartiers disparus de Montréal : la Petite-Bourgogne. 1965-1967.

La Canadian Buttons Limited, rue Sainte-Antoine, visée par une expropriation. 30 mai 1967. VM94,C1030-015.

La Canadian Buttons Limited, rue Sainte-Antoine, visée par une expropriation. 30 mai 1967. VM94,C1030-015.

Au cours des années 1950 et 1960, l’administration municipale s’attaque à ce qu’elle appelle le « problème des taudis » en initiant d’importants projets de rénovation urbaine. La crise économique des années 1930 ayant mis un frein aux investissements et aux rénovations des propriétaires responsables, plusieurs secteurs anciens de Montréal se détériorent, alors que les logements sont souvent mal entretenus et sous-équipés. Pour l’administration, l’heure est à la modernité. On souhaite démolir pour mieux réaménager et bâtir de nouveaux projets. Le plan Dozois ainsi appliqué engendre la disparition de tout un pan du Red Light au profit des Habitations Jeanne-Mance. La Ville règle le plus souvent la question des taudis par une démolition pure et simple de secteurs complets (Faubourg à m’lasse, Victoriatown) au profit de constructions routières (autoroute Ville-Marie) et d’autres infrastructures.

Employés de la Canadian Buttons Limited, rue Sainte-Antoine. 31 mai 1967. VM94,C1027-073.

Employés de la Canadian Buttons Limited. 31 mai 1967. VM94,C1027-073.

Au milieu de cette tourmente, les besoins des locataires évincés sont peu écoutés ou pris en charge. Chacun doit chercher à se reloger ailleurs comme il le peut. Les réactions croissent rapidement face aux menaces grandissantes d’expropriation ou d’éviction. Plusieurs comités de résidents naissent et font entendre leur voix, opposant aux grands projets de démolition et de modernisation une vision plus communautaire où la revalorisation de la vie de quartier joue un rôle central. Dans la Petite-Bourgogne, l’annonce d’expropriations à venir pousse les habitants à former le comité des îlots Saint-Martin, afin de faire pression sur la Ville et obtenir la construction de logements sociaux abordables et respectueux des attentes de la population. L’administration municipale va progressivement nuancer son approche initiale.

Employées de la Canadian Buttons Limited, rue Sainte-Antoine. 31 mai 1967. VM94,C1027-081.

Employées de la Canadian Buttons Limited. 31 mai 1967. VM94,C1027-081.

Lancé en 1965, le projet de rénovation du secteur de la Petite-Bourgogne reflète pour la première fois ce changement d’approche. On souhaite cette fois-ci se limiter à la démolition des habitations devenues trop mal en point pour être préservées, tout en rénovant parallèlement certains  édifices existants. L’aménagement de parcs et la construction de logements sociaux sont prévus. Des subventions sont parallèlement créées par les autorités municipales afin de soutenir les propriétaires dans la rénovation des logements plus anciens. On vise l’amélioration des conditions de vie dans le quartier en répondant « aux besoins des habitants actuels ».

Sainte-Cunégonde. 1890.

Sainte-Cunégonde. 1890.

Au moment de ces projets, le quartier de la Petite-Bourgogne a déjà une histoire extrêmement riche. Constitué sous l’appellation de village Delisle en 1864, ce secteur devient la ville de Sainte-Cunégonde en 1875. La municipalité est alors délimitée par la rue Atwater à l’ouest, le canal Lachine au sud ainsi qu’une diagonale fermant le triangle et allant du canal Lachine et la rue Provost (secteur de la rue Canning) vers le coin d’Atwater et Dorchester (René-Lévesque).

Expropriation rue Richmond et rue Saint-Martin. 17 mai 1967. VM94,C1023-024.

Expropriation rue Richmond et rue Saint-Martin. 17 mai 1967. VM94,C1023-024.

Annexé à Montréal en 1905, le quartier connait une vie culturelle foisonnante, alimentée notamment par la présence importante de la communauté noire dès le début du XXe siècle. Le Colored Women’s Club y nait ainsi en 1902, suivi en 1907 de l’Union Congregational Church (aujourd’hui Union United Church), de la University Negro Improvement Association en 1919 et du Negro Community Center en 1927. Dans les années 1930 et 1940, le quartier accueille de très nombreux musiciens jazz. Oscar Peterson y voit le jour le 15 août 1925.

Expropriation, rue Richmond. 19 juin 1967. VM94,C1044-033.

Expropriation, rue Richmond. 19 juin 1967. VM94,C1044-033.

À l’instar des secteurs voisins comme Griffintown ou Saint-Henri, la Petite-Bourgogne s’appauvrit toutefois au fil des fermetures d’usine. L’architecture victorienne ou typiquement ouvrière subit les affres du temps et du manque d’entretien. Les premiers plex de Montréal se détériorent : près de la moitié des bâtiments existants ont été construits entre 1875 et 1890. L’administration municipale en vient à considérer le secteur comme le lieu de nombreux taudis au cours des années 1950 et l’inclut à son projet de rénovation urbaine. Tout comme pour les secteurs du Faubourg à m’lasse ou de Victoriatown, la Ville va réaliser un imposant inventaire photographique des habitations vouées à disparaître, en les numérotant scrupuleusement. Sur ces clichés apparaissent souvent les habitants du secteur, alors que chacun poursuit son travail ou ses activités quotidiennes.

 

Expropriation, rue Richmond. 19 juin 1967. VM94,C1044-056.

Expropriation, rue Richmond. 19 juin 1967. VM94,C1044-056.

 

Les Archives de la Ville de Montréal vous proposent une surprenante sélection de 150 photographies d’une Petite-Bourgogne aujourd’hui disparue :

https://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157649408167189/

Vous pouvez par ailleurs découvrir plus de 2000 photographies réalisées lors de cet inventaire au sein de notre catalogue :

Occupation des bâtiments de la Petite-Bourgogne en 1966. VM097-Z_026. p134.

Occupation des bâtiments de la Petite-Bourgogne en 1966. VM097-Z_026. p134.

Découvrez aussi le rapport complet de rénovation de la Petite-Bourgogne, produit par le Service d’urbanisme en septembre 1966.

À voir également :

Partagez cet article :

Une réponse à Les quartiers disparus de Montréal : la Petite-Bourgogne. 1965-1967.

  1. Yvon Monahan dit :

    Jai vecu au 2250 Plymouth Grove street de 1946 -1955. On l’appelait la
    « la Grove ‘ la plupart de mes voisins etait Irlandais, donc jai appris a parler L’anglais par necessite a in tres jeunes,jai frequenter l’ecole D’iberville qui etai situee sur la rue Delisle.Si par chance je pouvais entre en contact avec des anciens copains du quartier I would be be elated, merci, excuser mes fautes .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *