Chronique Montréalité no 15 – Le marché Jean-Talon

Depuis le 22 septembre, à tous les lundis et pour une deuxième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/).  Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com

***

Le marché du Nord ou Jean-Talon, photo d'Armour Landry, 1955, VM94-D0414

Le marché du Nord ou Jean-Talon, photo d’Armour Landry, 1955, VM94-D0414

Les marchés publics à Montréal

C’est en 1676 que les seigneurs de l’île, les Sulpiciens, choisissent un emplacement pour la place du marché.  Celle-ci est située entre la rue Saint-Paul et la grève. C’est l’actuelle place Royale où l’on retrouve aujourd’hui l’ancien édifice de la Douane qui fait partie du complexe muséologique de Pointe-à Callière.

Le rives et et le port de Montréal, 1830. BM7-C52-97497

Le rives et et le port de Montréal, 1830. BM7-C52-97497

En 1803, la place du Marché étant trop restreinte, on aménage le Marché neuf, qui deviendra la Place Jacques-Cartier. En 1847, on assiste à l’ouverture du marché Bonsecours et la Place Jacques-Cartier en devient une annexe. Ce marché sera en fonction jusqu’au début de la décennie 1960.

Veille de Noël au marché Bonsecours, vers 1870,  VM6,R3059-2_330E

Veille de Noël au marché Bonsecours, vers 1870, VM6,R3059-2_330E

Dans la deuxième moitié du 19e siècle, en raison de l’expansion de Montréal, d’autres marchés ouvrent leurs portes : Saint-Laurent, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Jacques.

Le site du marché

Au début du 19e siècle, le secteur actuel du marché Jean-Talon appartient à un grand propriétaire foncier, le médecin et homme politique Pierre Beaubien. Conseiller municipal à Montréal, membre fondateur de la Banque d’épargne (l’actuelle Banque Laurentienne), propriétaire d’une ferme sur la Côte-Sainte-Catherine, il est le grand-père de Joseph Beaubien qui a grandement marqué l’histoire d’Outremont.

Au début du 20e siècle, le site du marché Jean-Talon est occupé par le Club irlandais de crosse, le Shamrock fondé en 1868. Ce terrain, dont le pavillon d’entrée est situé sur l’actuelle rue Shamrock, peut recevoir jusqu’à 7 000 spectateurs. Le Shamrock va aussi mettre sur pied un club de hockey en 1886 qui va gagner la coupe Stanley en 1899 et 1900.

Pavillon d'entrée du terrain sportif du club Shamrock, vers 1900, VM6-D1938-3-002

Pavillon d’entrée du terrain sportif du club Shamrock, vers 1900, VM6-D1938-3-002

Un marché s’installe

Vers 1900, les premiers Italiens s’installent dans le secteur, désormais accessible par tramways. Dix ans plus tard, la paroisse Notre-Dame de la Défense (Madonna-della-Difesa), paroisse-mère la communauté italienne au Canada, est fondée. La Petite Italie prend forme.

Square Dante, 1962, VM94-A0102-002

Square Dante, 1962, VM94-A0102-002

Déjà à cette époque, la rue Jean-Talon sert de lieu de vente des fruits et légumes.
Il y a donc un réel besoin d’un marché public dans le nord de la Ville, qui est en développement et mal desservi.

En raison de la grande crise économique qui débute en 1929, la Ville multiplie les travaux publics pour contrer le chômage. C’est ainsi que l’on achète le terrain du Shamrock en 1931 pour y construire un marché et son chalet de même que la caserne de pompiers no 31 sur la rue Saint-Dominique.

Le marché jean-Talon dans les années 1950. VM6,R3576-2-016

Le marché jean-Talon dans les années 1950. VM6,R3576-2-016

La Ville fait construire l’édifice Shamrock de style art déco, un système d’égoût, des abris et des trottoirs pour accueillir le marché du Nord, son nom officiel jusqu’en 1982.

007_VM94-B224-075

Vue aérienne du marché Jean-Talon, 1977, VM94-B224-075

Le marché est inauguré par le maire Camillien Houde le 27 mai 1933

Le développement du marché

À ses débuts le marché est ouvert les vendredi et samedi, puis quotidiennement dès 1954. Il rassemble plus de 400 agriculteurs qui offrent des fruits et des légumes, des œufs et des animaux vivants.

Le marché Jean-Talon,  8 août 1963, VM94-A0102-007

Le marché Jean-Talon, 8 août 1963, VM94-A0102-007

On construit aussi un bâtiment pour l’inspection des aliments dans les années 1940.
La vente d’animaux vivants cesse en 1971 pour des raisons d’hygiène publique.

En 1947, dans l’édifice du marché, on inaugure la première bibliothèque de quartier, la succursale Shamrock, en présence du maire Camillien Houde. Cette succursale deviendra la bibliothèque Le Prévost sur Christophe-Colomb à compter de la décennie 1980. Le bâtiment sert aussi de terminus pour les autobus de Laval de 1945 à 1961.

Inauguration de la bibliothèque Shamrock, 1947, VM94-Z388-2

Inauguration de la bibliothèque Shamrock, 1947, VM94-Z388-2

Tout au long des années, les hangars des maisons du côté nord ou du côté sud se transforment en commerces alimentaires. En décembre 1983, on assiste à l’ouverture du mail intérieur (fait de cloisons amovibles). Au milieu des années 2000, ce seront des travaux d’amélioration et d’agrandissement.

Le marché Jean-Talon, 1965, VM94-U1056-016

Le marché Jean-Talon, 1965, VM94-U1056-016

le marché Jean-Talon, 1985, VM94-U3762-003

le marché Jean-Talon, 1985, VM94-U3762-003

Agriculteur au marché Jean-Talon, 1987, VM94-U4667-007

Agriculteur au marché Jean-Talon, 1987, VM94-U4667-007

Partagez cet article :

3 réponses à Chronique Montréalité no 15 – Le marché Jean-Talon

  1. Lise Bucci dit :

    J’ai beaucoup apprécié la visite du marché et en apprendre un peu plus sur son histoire. Serait-il possible de savoir le nom précédent donné à la rue du côté sud du marché Jean-Talon entre Casgrain et Henri-Julien. Existe-t-il aussi des photos de la patinoire Shamrock?
    Merci

    • Anick Forest Bonin dit :

      Bonjour,

      Pourriez-vous préciser votre question? Parlez-vous de l’actuelle avenue Mozart ou de l’actuelle place du Marché-du-Nord (le nom donné aux deux rues qui traversent le marché entre Casgrain et Henri-Julien)? Selon le répertoire historique « Les rues de Montréal » publié chez Méridien, l’avenue Mozart a déjà porté les noms avenue Marcil et avenue Stanley. La place du Marché-du-Nord ne semble pas avoir changé de nom.

      Pour répondre à votre deuxième question, nous ne possédons malheureusement pas de photographies de la patinoire.

  2. Suzanne Galaise dit :

    Petite correction, la paroisse mère de la communauté italienne est Notre-Dame du Mont-Carmel, démolie lors de l’élargissement du boul. Dorchester. Cette paroisse fut érigée en 1905 et les registres ont ouvert en janvier 1906, quelques années avant Notre-Dame-de-la-Défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *