James Brown au Festival des Étoiles, 1969

Une danseuse au spectacle de James Brown, 2 août 1969. Photo par Gordon Beck. VM94-TH9-242-006

Le samedi 2 août 1969, James Brown, son groupe de musiciens et ses danseuses se présentent devant une foule immense à la Place des Nations. Dans le « Calendrier de la Terre des Hommes », il est présenté comme « le roi du Rhythm and Blues », mais, grâce à ses succès du milieu des années soixante (I Got You (I Feel Good), It’s a Man’s Man’s Man’s World et surtout Papa’s Got a Brand New Bag), on le considère plus particulièrement comme le père du Soul et du Funk.

The Godfather of Soul a la réputation de donner des performances époustouflantes à chaque spectacle, mais, à la suite de ce concert, les journalistes parlent davantage de la foule présente que de l’énergie de Brown. Tous ont été impressionnés par la foule d’environ 40 000 personnes, dont 26 966 d’entre eux auraient passé les tourniquets du site entre 20h et 21h seulement. Pour encadrer cette mer de monde, les organisateurs avaient prévu quelque 130 gardiens de sécurité de Terre des Hommes, qui ont dû faire appel à une escouade de policiers anti-émeute pour protéger les artistes et gérer les déplacements de la foule à la fin du spectacle.

Au cours du spectacle, les policiers doivent surtout gérer les cas d’évanouissement. On parle d’une cinquantaine de cas, qui auraient surtout été causés par la forte pression de la foule vers la scène. À moins que ce ne soit l’effet James Brown, puisque la majorité des évanouies sont de jeunes femmes! Les organisateurs gèrent la situation en transformant le bureau de l’imprésario Marc Latraverse en deuxième infirmerie et s’inquiètent de ce qui se passe là où ils n’ont pas accès, c’est-à-dire au milieu de la foule…

Pour voir quelques images du spectacle, visionnez les photographies prises par Gordon Beck sur notre compte Flickr à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157634465990834/. Vous y verrez entre autre cette photographie d’une des marques de commerce de Brown, soit la scène de la cape, souvent exécutée durant Please, Please, Please. Une scène où Brown s’agenouille en chantant sa tristesse et son désespoir alors que le maître de cérémonie lui pose une cape sur les épaules pour le conduire en coulisse. Vous souvenez-vous comment cette scène finissait?

James Brown durant la scène de la cape, 2 août 1969. Photo de Gordon Beck. VM94-TH9-242-011

Partagez cet article :

Mots-clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *