Les archivistes de demain à l’œuvre aujourd’hui aux Archives de Montréal.

Archives de Montréal.

Archives de Montréal.

Comme beaucoup d’organismes responsables d’archives au Québec, notre section se fait un devoir de contribuer autant que possible à la formation collégiale et universitaire des futurs archivistes. Chaque année, nous participons ainsi d’une façon ou d’une autre aux contenus pédagogiques proposés aux étudiants (conférences, visites, encadrement, etc.) et nous accueillons un ou plusieurs stagiaires en voie de compléter leur cursus.

À l’automne 2014, la Section des archives de la Ville de Montréal a participé pour la première fois à une expérience pédagogique nouvelle, en collaboration avec Annie Lecompte-Chauvin, chargée de cours à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI) de l’Université de Montréal. L’idée était de mettre à profit notre plate-forme Web, inaugurée en 2013, pour proposer aux étudiants en archivistique une expérience d’apprentissage différente.

Plan du portail Web des Archives de Montréal.

Plan du portail Web des Archives de Montréal.

En mettant sur pied notre site Web (qui comprend un blogue, un catalogue de nos archives, des médias sociaux, des expositions virtuelles et d’autres contenus), nous souhaitions en effet rendre accessibles les archives montréalaises mais également permettre à tous de contribuer à ce patrimoine, en le commentant, en l’utilisant, en le transformant, en le diffusant sous de nouvelles formes, etc.

Pourquoi ne pas intégrer les étudiants et futurs archivistes à cette démarche? Pourquoi ne pas leur proposer, dans le cadre de leurs cours, de décrire un certain nombre de documents numérisés mis en ligne dans notre catalogue?

Description étudiante.

Description étudiante.

C’est ce qui a été fait dans le cadre d’un projet-pilote, alors que la centaine d’élèves du cours Description des archives de l’EBSI a notamment décrit des photos numérisées directement dans notre site Web, au sein de notre catalogue et de nos médias sociaux. Ils ont été évalués sur la qualité de ces descriptions, selon les standards établis par les Règles de description des documents d’archives (RDDA).

Le résultat de leur travail est accessible ici :

http://archivesdemontreal.ica-atom.org/releve-photographique-du-quadrilatere-jeanne-mance-vol-1

http://archivesdemontreal.ica-atom.org/releve-photographique-du-quadrilatere-jeanne-mance-vol-2

 

Ces descriptions amélioreront le repérage de ces photographies pour tous nos usagers. Nous sommes heureux que nos nouveaux outils de traitement et de diffusion en ligne puissent ainsi servir la formation des futurs archivistes.

Partagez cet article :

Mots-clés

7 réponses à Les archivistes de demain à l’œuvre aujourd’hui aux Archives de Montréal.

  1. Martin Dozois dit :

    C’est quoi l’idée de nommer les rues ouest et est ? Saint-Dominique est et Sanguinet ouest, c’est ainsi que l’on doit ‘officiellement’ identifier les rues maintenant ? Si c’est la nouvelle nomenclature des rues j’aimerais savoir jusqu’où ça s’étend pour savoir où j’habite maintenant.

    • Nicolas Bednarz dit :

      Bonjour,
      Lors de la mise sur pied de sa collection, M. Choko a intitulé ainsi les photographies en référence au positionnement sur les côtés ouest ou est de la rue des immeubles photographiés. L’un des principes de base en description d’archives demande le respect de ce titre officiel propre des documents (tel qu’inscrit par leur créateur). Toutefois, il ne s’agit évidemment pas d’une toponymie officielle.

      • Martin Dozois dit :

        Et si dans le titre officiel il se trouve des erreurs, et ça arrive, doit on aussi le laisser tel quel ? On a déjà vu des photos d’archives prises sur le mont Royal et qui étaient officiellement identifiées comme étant au parc La Fontaine.
        J’espère qu’un jour les archives pourront être classées par géolocalisation et non plus par numéros, cotes, ou titres, aussi officiels soient-ils. Tous les documents concernant un lieu donné se retrouveraient ensemble. Ça faciliterait les recherches historiques.
        Je vous félicite et vous remercie d’autre part de partager avec le public ces innombrables trésors de notre histoire. La ville se défait et se refait continuellement, et les archives nous permettent de voir tout le chemin parcouru.
        Longue vie aux Archives de la Ville de Montréal.

      • Nicolas Bednarz dit :

        Bonjour,
        Merci beaucoup pour votre commentaire. Les normes sous-jacentes à la classification et à la description des archives ont été établies par des organismes nationaux et internationaux pour de multiples raisons qu’il serait trop long de mentionner ici de façon exhaustive. Disons cependant que ces normes sont le plus souvent basées sur les fonctions et les activités du créateur des documents plutôt que sur des regroupements sujet établis de façon arbitraire par l’archiviste, ce qui permet de respecter l’intégrité matérielle et intellectuelle d’un corpus documentaire organique (voir par exemple à ce sujet http://fr.wikipedia.org/wiki/Respect_des_fonds et https://www.wiki.archivesnumeriques.hst.ulaval.ca/index.php?title=Principe_de_respect_des_fonds).
        Le démembrement de ces corpus afin d’effectuer un regroupement arbitraire par sujet, géolocalisation et autre a par le passé été privilégié par certains services responsables d’archives, ce qui a notamment eu pour effet d’occulter le sens initial des documents dans leur contexte de création et de multiplier abondamment les doublons et les redites.
        Ceci étant dit, vous avez tout à fait raison de mentionner un besoin en géolocalisation pour faciliter les recherches. Une fois l’organisation et la description actuelle de nos documents d’archives effectuées selon les normes existantes, leur indexation complémentaire par lieu géographique, sujet ou nom est plus que souhaitable. Nous travaillons actuellement à donner le plus grand accès possible à notre patrimoine avec les outils existants mais nous espérons pouvoir éventuellement compléter ce type d’entrée supplémentaire vers nos documents.
        Bien cordialement,

  2. Ping : Nouvelles du patrimoine documentaire | Réseau des services d'archives du Québec

  3. GRINE dit :

    pourquoi vous n’avez pas rédiger des articles sur les projet de numérisation des archives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *