Chronique Montréalité no 21 : Le Sault-au-Récollet

Depuis le 22 septembre, à tous les lundis et pour une deuxième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/).  Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com

***

Terminus du Sault-au-Récollet pour le tramway 24, début du 20e siècle, SHM19-Y-4-004

Terminus du Sault-au-Récollet pour le tramway 24, début du 20e siècle, SHM19-Y-4-004

Origine du nom

À cet endroit, sur la rivière des Prairies, on retrouvait des rapides, que l’on désignait en ancien français sous le nom de «Sault». En 1615, le père Joseph Le Caron y célèbre la première messe sur l’île de Montréal en présence de Samuel de Champlain

Le lieu prend son nom définitif lorsque que le père Nicolas Viel, un missionnaire récollet, se noie dans les rapides en 1625 en compagnie soit d’un jeune français qui vit à l’amérindienne ou d’un Huron converti dont le nom est…Ahuntsic

002_V3035-1-1_p14

L’établissement

En 1696, en pleine guerre avec les Iroquois, les Sulpiciens qui sont seigneurs de l’île érigent le fort Lorette qui était situé près de l’église actuelle,

Magasin de munitions du Fort Lorette, vers 1928, 003_SHM19-Y-3-001

Magasin de munitions du Fort Lorette, vers 1928, 003_SHM19-Y-3-001

Ils y déménagement leur mission amérindienne qui était installée au fort de la Montagne dont les tours sont toujours sur la rue Sherbrooke près d’Atwater.
Quelques terres sont aussi concédées à des colons.

La mission autochtone est à nouveau déménagée en 1721, cette fois vers Oka..
De nouvelles terres sont concédées et les Sulpiciens font construire une digue qui relie le territoire à l’île de la Visitation où ils installent un moulin à scie et un moulin à farine

Moulins du Sault-au-Récollet, vers 1930. SHM19-Y-3-002

Moulins du Sault-au-Récollet, vers 1930. SHM19-Y-3-002

La paroisse

La paroisse de La Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie du Sault-au-Récollet est fondée en 1736. Les services religieux se tiennent alors dans la chapelle du Fort Lorette jusqu’à la construction de l’église actuelle de 1749 à 1752. C’est aujourd’hui la plus ancienne église de l’ile de Montréal.

Intérieur de l'église su Sault-au_Récollet, reproduction d'Edgar Gariépy, vers 1920, BM42-G0813_pl-ver

Intérieur de l’église su Sault-au_Récollet, reproduction d’Edgar Gariépy, vers 1920, BM42-G0813_pl-ver

La construction d’une nouvelle façade et l’agrandissement se fait de 1850 à 1852 alors que les deux clochers le seront de 1868 à 1870. L’édifice a été classé monument historique (immeuble patrimonial classé selon la nouvelle Loi sur le patrimoine culturel) en 1974.

Église du Sault-au-Récollet, reproduction d'Edgar Gariépy, années 1920, BM42-G0814_pl-ver

Église du Sault-au-Récollet, reproduction d’Edgar Gariépy, années 1920, BM42-G0814_pl-ver

La municipalité

En 1855, année qui suit l’abolition du régime seigneurial, le gouvernement du Canada-Uni crée la municipalité de paroisse de la Visitation du Sault-au-Récollet. Selon Vincent Garneau de Cité Historia, le Musée du Sault-au-Récollet, le territoire couvrait 1/8 de l’île de Montréal.

007_P500-5_3op_Page_03

Carte de l’île de Montréal dans l’Atlas Hopkins, 1879, P501-1_6op_Page_03

Jusqu’à la fin du 19e siècle et au début du 20e, son territoire est morcelé pour créer d’autres municipalités comme Saint-Léonard, Villeray, Ahuntsic, Bordeaux et Montréal-Nord.

En 1914, le village va devenir la Ville du Sault-au-Récollet dont les limites sont la rue Sauvé au Sud, la rue Saint-Charles à l’ouest et la rue J.J. Gagnier à l’est (près du boulevard Saint-Michel). Mais son existence est très brève puisqu’elle est annexée à Montréal en 1916 en même temps que Cartierville mais après Villeray (1905), Ahuntsic et Bordeaux (1910).

Plan du village du Sault-au-Récollet dans l'Atlas Hopkins, 1879, P500-5_3op_Page_30

Plan du village du Sault-au-Récollet dans l’Atlas Hopkins, 1879, P501-1_6op_Page_30

P501-1_6

Au 20e siècle

Le Sault devient un lieu de villégiature surtout après l’inauguration d’une ligne de tramways qui part du centre-ville en 1895.

Carte de la Montreal Street Railways, 1915, VM66-S5P128

Carte de la Montreal Street Railways, 1915, VM66-S5P128

Par la suite, c’est le début de l’urbanisation. En 1929, les rapides cessent d’exister au moment où l’on construit le barrage et la centrale hydroélectrique de la Rivière des Prairies.

011_BM42-G0739_pl-ver

La rivière-des-Prairies et le Sault-au-Récollet, photo d’Edgar Gariépy, années 1920, BM42-G0739_pl-ver

Trente ans plus tard, on ouvre le boulevard Henri-Bourassa. Le pont Papineau-Leblanc, inauguré en 1969, coupe le secteur en deux. À compter des années 1970, plus précisément en 1976, la Société pour la conservation du Sault-au-Récollet est créée pour défendre le patrimoine du lieu. Elle jouera un rôle important dans la création du parc de la Visitation en 1983 et dans la constitution de l’ancien village comme site du patrimoine de Montréal en 1992.
Nous avons, aux Archives de Montréal, la chance de conserver les archives de l’organisme qui a cessé d’exister.

Garage du Saut-au-Récollet, années 1930, SHM19-Y-5_1-001

Garage du Saut-au-Récollet, années 1930, SHM19-Y-5_1-001

À consulter 

Cité Historia, le musée du Sault-au-Récollet. «Les chroniques historiques». http://www.citehistoria.qc.ca/chroniques-historiques.html

Ville de Montréal «Le parcours riverain : Ancien village du Sault-au-Récollet». http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8817,99657713&_dad=portal&_schema=PORTAL

Héritage Montréal «Montréal en quartiers : Quartier Sault-au-Récollet». http://www.memorablemontreal.com/swf/?lang=fr

Partagez cet article :

Mots-clés

4 réponses à Chronique Montréalité no 21 : Le Sault-au-Récollet

  1. Normand Latreille dit :

    très intéressant
    merci

  2. Andre Raizenne Quesnel dit :

    Mes ancêtres Josiah Ignace Shoentakouani Rising Raizenne et Abigail Élisabeth Toatogouach Nims tous les 2 capturé lors du Massacre de Deerfield, se sont marié au Saut au Récollet le 29 juillet 1715 peut être aveez vous des information sur eux au Saut.
    Ils auront 8 enfants dont Marie-Anne née en 1719, Simon-Amable ne le 18 octobre 1719, Madeleine née vers septembre 1716. Les 4 autres sont nés à Oka Kanesatà:ke.

    Voici quelques uns de leur descendants. Mitsou Gélinas, Louise Arbour, Mario Lemieux, Giles Villeneuve, François Legault, Vincent Graton, Luce Dufault, Félix Séguin TVA, Paul Martin ancien PM. Robert Charlebois, Jean Bouchard Maire de Mirabel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *