Les années 60 en couleurs : Piscines et pataugeoires en pleine canicule

PIscine de l'île Sainte-Hélène, 10 juillet 1965Les piscines réservées uniquement à des fins récréatives et non plus destinées aux bains publics se multiplient dans les années 1930 et, déjà, les tout-petits ne sont pas oubliés. En janvier 1937, la Ville annonce pour l’été suivant l’ouverture de sept pataugeoires. Leurs bassins sont creusés avec une profondeur maximale de 45 cm (18 pouces). Pour combattre la canicule ou pour s’amuser, les enfants peuvent aussi compter sur les piscines privées, dont celles portatives du club Kiwanis qui font un 30 cm (1 pied) de hauteur.  Avec le développement du Service des parcs, les piscines se multiplient au même titre que les barboteuses. La Ville compte 28 piscines en 1955, puis 43 en 1960 et 51 en 1962.

Ceux qui ne peuvent se rendre à leur piscine de quartier, s’installent dans la ruelle avec un boyau d’arrosage muni d’un arrosoir pour se rafraichir et étendent leurs serviettes à quelques pas. Parfois, ils doivent retirer le tout quelques instants pour laisser passer le véhicule d’un voisin ou le camion de l’aiguiseur de couteaux et de ciseaux…

Les Archives de Montréal vous proposent un album de 22 photographies à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157630225542750/

Bonne baignade!

Piscine Taillon ou piscine Jarry, 10 juillet 1966

Partagez cet article :

2 réponses à Les années 60 en couleurs : Piscines et pataugeoires en pleine canicule

  1. Claire Trencia dit :

    Souvenir de ces journées de canicule où, du haut de la galerie du 2ième étage, dans la cour, notre mère nous vidait de grands contenants d’eau pour nous rafraîchir. Ruelle du Plateau, d’un quartier alors d’ouvriers, pas encore à la mode.

    « Des fraises, de bonnes fraises..», nous lançaient les marchands de fruits qui parcouraient les ruelles, en alternance avec la cloche des rémouleurs nous invitant à sortir nos couteaux à aiguiser.

    Petite brise entre les cordes à linge colorées.

    Et le temps qui se distend.

  2. christiane dit :

    c’est bien beau et l’article est bien affûter .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *