Chronique Montréalité no 8 : Brève histoire de la communauté irlandaise de Montréal

Depuis le 21 janvier dernier et à tous les lundis, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/). Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com

***

P142-1_3_096B

Le premier irlandais

Contrairement à d’autres communautés culturelles, le nom exact du premier irlandais à s’établir à Montréal est connu. Il s’appelle Tadg Cornelius O’Brennan et il arrive en Nouvelle-France avant 1661. Son nom gaélique sera rapidement transformé en Tec Aubry, ce qui en fait l’ancêtre de milliers d’Aubry du Québec et d’Amérique du Nord.

VM66-S1P005-004

Employé de ferme à Montréal, il est enlevé par les Iroquois mais libéré 7 mois plus tard. Après son mariage avec une fille du roi, il s’établit à Pointe-aux-Trembles et à Lachenaie. De retour à Pointe-aux-Trembles,  il meurt en 1687. Il laisse 7 enfants dont François Aubry qui lui en aura 14.

De la Conquête aux premières décennies du 19e siècle.

Au moment de la Guerre de la Conquête, on retrouve des Irlandais tant du côté des Français que de l’armée britannique. En 1768, Guy Carleton est nommé gouverneur de la «Province of Quebec». D’origine irlandaise protestante, il devient Lord Dorchester en 1786.

C’est surtout à compter de la première moitié du 19e siècle que les Irlandais s’installent de façon importante à Montréal. En 1804, Mary Griffin subdivise des terres de l’ancien fief Nazareth qui devient alors Griffintown. De nombreux Irlandais s’installent dans le secteur délimité par les rues de la Montagne, William, des Sœurs Grises et de la Commune.

VM66-S4P049-009

À compter de 1821, on débute la construction du canal Lachine. La majorité des travailleurs sont Irlandais.

Les décennies 1830 et 1840

Durant cette période, un grand nombre d’événements touchent particulièrement la communauté irlandaise tels que le choléra de 1832, les rébellions de 1837-1838 auxquelles participent des Irlandais, la grande famine en Irlande qui amène une immigration massive en 1847 et le typhus cette même année qui entraîne le décès de près de 6 000 immigrants irlandais à Montréal seulement.

Ces décennies permettent aussi à la communauté de s’organiser avec la création d’institutions typiquement irlandaises comme le St. Patrick Society en 1834 ou la fondation de la paroisse St-Patrick et l’ouverture de l’église du même nom en 1847.

Église Saint-Patrick, vers 1930, BM42-G1515

Regroupant près de 25% de la population de Montréal, ils travaillent à l’agrandissement du canal Lachine et déclenchent en 1843, l’une des premières grèves au Canada en raison de leurs pénibles conditions de travail. Dans les années 1850, les Irlandais travaillent à la construction du pont Victoria.  C’est à ce moment qu’ils vont ériger l’immense rocher noir que l’on voit à l’entrée du pont Victoria en souvenir des victimes du typhus. Ils résident surtout dans ce que l’on appelle alors le quartier Sainte-Anne et qui correspond aujourd’hui à Pointe-Saint-Charles, Griffintown ainsi que le secteur près du pont Victoria que l’on appelait Victoriatown.

VM94-Z1598

En 1856, la St-Patrick Society devient exclusivement réservée aux catholiques, ce qui amène les Irlandais protestants à fonder Irish Protestant Benevolent Society.

Des maires d’origine irlandaise

On compte 6 maires de Montréal ayant des racines irlandaises. Le premier est William Workman, un homme d’affaires né en Irlande en 1807 et qui fut maire de 1868 à 1871. La rue Workman dans la Petite Bourgogne a été nommée en son honneur, probablement peu après sa mort en 1878.

Les autres  maires sont :

  • Francis Cassidy avocat éduqué en français et maire en 1873
  • William Hingston, qui va créer le Service de santé de la Ville,  maire de 1875 à 1877
  • James McShane, surnommé People’s Jimmy, surtout connu pour s’être barricadé à l’hôtel de ville parce qu’il refusait d’accepter sa défaite, maire de 1891 à 1893
  • Richard Wilson-Smith, né en Irlande du Nord et maire de 1896 à 1898

Le dernier est James John Edmund Guerin, maire de 1910 à 1912, et qui fut aussi le dernier maire anglophone de Montréal avant l’élection de Michael Applebaum en novembre 2012 par le conseil municipal.

Le défilé de la Saint-Patrick

La première parade a lieu en 1824 et est organisée par la Ancient Order of Hibernians. Dix ans plus tard, la St-Patrick Society prend en charge le défilé. Depuis 1929, elle est gérée par l’ensemble des organismes via l’institution United Irish Societies.

Pour chaque défilé on retrouve un Grand Marshal (ou Grand prévôt) qui est le principal dignitaire ainsi qu’un premier officier, une reine et des princesses. Un bon nombre de conseillers municipaux l’ont été dont Thomas Healy dont nous possédons les archives. Sa fille Margaret Healy est, à ce jour, la seule femme à avoir été Grand Marshal en 2005.

Il y aurait encore tant d’histoire à raconter sur des événements reliés à la communauté irlandaise de Montréal  et des personnages comme Thomas D’Arcy McGee ou le légendaire Frank Hanley.

Bonne Saint-Patrick et «Erin go Bragh»!

Pour en savoir plus

Musée McCord. Exposition Irlandais O’Québec (2009-2010). http://www.mccord-museum.qc.ca/expositions/expositionsXSL.php?lang=2&expoId=55&page=accueil

Musée McCord. Textes sur la communauté irlandaise par Sylvain Rondeau, sous la direction de Paul-André Linteau, professeur au département d’histoire de l’UQAM

Précision de monsieur Ken Quinn que nous tenons à remercier.

Bonjour M. Robert,

Sur le site web http://archivesdemontreal.com/2014/03/17/breve-histoire-de-la-communaute-irlandaise-de-montreal/ je note une petite erreur factual.

Vous dites:

« La première parade a lieu en 1824 et est organisée par la Ancient Order of Hibernians. Dix ans plus tard, la St-Patrick Society prend en charge le défilé. Depuis 1929, elle est gérée par l’ensemble des organismes via l’institution United Irish Societies. »

C’est vrai que le defile a eu son debut en 1824 MAIS ce n’est pas la AOH qui l’a organise. En fait c’est M. Michael O’Sullivan et amis qui l’ont organise. En 1834 La Societé Saint-Patrick a pris la releve. En 1893 la AOH a pris la releve juste qu’a 1928. De 1929 a la presente c’est les societes irlandaises unies de Montreal qui est l’organisme responsible.

Au plaisir,

Ken Quinn
ancien president – societes irlandaises unies de Montreal
vice-president – Societe Saint-Patrick de Montreal

 

Partagez cet article :

Mots-clés

2 réponses à Chronique Montréalité no 8 : Brève histoire de la communauté irlandaise de Montréal

  1. Ping : Le phénomène de gentrification de Griffintown | L'Histoire n'a pas de fin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *