Chronique Montréalité no 42 : Paul Buissonneau (1926-2014) et le théâtre La Roulotte


À tous les lundis et pour une troisième saison, une chronique des Archives de Montréal est présentée à l’émission Montréalité sur la chaîne MAtv (http://montrealite.tv/). Vous pourrez revoir les archives sélectionnées et aussi lire les informations diffusées et inédites. Regardez notre chronique à la télé et venez lire notre article sur archivesdemontreal.com.

***

Paul Buissonneau, 1964, VM94-Ud009-028

Paul Buissonneau, 1964, VM94-Ud009-028

Un grand de la culture

D’entrée de jeu, soulignons l’admiration que la Section des archives porte et portera toujours à cette grande personnalité qui nous a quitté l’an dernier. Dès la fin des années 1990, il nous a aidé à identifier un nombre important de photographies. En 2007-2008, il nous a ouvert ses portes et nous a raconté l’histoire de la merveilleuse aventure du théâtre qu’il a créé avec Claude Robillard, ce qui nous a permis de réaliser notre dernière grande exposition virtuelle : «La Roulotte, un demi-siècle de magie ».

2015-07-17 13 24 56

Paul Buissonneau naît à Paris le 24 décembre 1926. Vingt ans plus tard, en 1946, il se joint aux Compagnons de la chanson qui effectuent des tournées avec Édith Piaf. Après avoir travaillé aux Etats-Unis en 1947, Piaf et les Compagnons s’amènent à Montréal en septembre de l’année suivante.

Paul Buissonneau va tomber amoureux d’une jeune fille qu’il épouse l’année suivante. En août 1950, il quitte les Compagnons de la chanson et revient s’installer à Montréal. Finalement, en janvier 1951, on le retrouve comme commis vendeur de disques au magasin Archambault, coin Berri et Sainte-Catherine.

Magasin Archambault, 1er avril 1936,  VM94-Z116

Magasin Archambault, 1er avril 1936, VM94-Z116

La naissance de La Roulotte

À l’été 1952, Paul Buissonneau travaille toujours chez Archambault alors qu’il souhaite plutôt faire du théâtre. Claude Robillard vient le rencontrer à son lieu de travail avec une proposition.

Claude Robillard sur la scène de La Roulotte lors du pique-nique annuel à l’île Sainte-Hélène, 20 août 1954, VM105-Y-2_022-15

Claude Robillard sur la scène de La Roulotte lors du pique-nique annuel à l’île Sainte-Hélène, 20 août 1954, VM105-Y-2_022-15

Il emmène Buissonneau aux ateliers municipaux pour lui montrer le camion remorque que les employés de la Ville travaillent à transformer en scène de théâtre ambulant. Robillard souhaite que les enfants des terrains de jeu de la Ville puissent s’y exprimer et faire leur petit numéro. Il désire que Paul Buissonneau en devienne le régisseur.

Ce dernier accepte mais à la condition d’encadrer les prestations des enfants par des animations et des pièces montées par une troupe de théâtre qu’il dirigera. L’idée est tout de suite accepté par Claude Robillard et l’aventure commence finalement à l’été 1953.

Le camion-remorque et sa scène de théâtre, 1953, VM105-Y-1_0005-006

Le camion-remorque et sa scène de théâtre, 1953, VM105-Y-1_0005-006

Les spectacles

Le premier spectacle est Pierre et le Loup, repris en 1959, 1968, 1985 et 1986. Comme tout se fait en plein air dans les parcs, Buissonneau opte pour la pantomime avec une musique sur disque et un narrateur car un seul micro est disponible. Parmi les premiers membres de l’équipe, on retrouve alors – mis à part Buissonneau – Jean-Louis Milette et le futur écrivain Claude Jasmin, auteur de La Petite Patrie.

Les années suivantes, les spectacles sont Le roi Dagobert, Pinocchio, le Chat botté ou Barbe bleue.

Spectacle du Théâtre des Petits présenté par La Roulotte dans le parc Laurier. 1953, VM105-Y-1_0005-012

Spectacle du Théâtre des Petits présenté par La Roulotte dans le parc Laurier. 1953, VM105-Y-1_0005-012

Présentation de la pièce «Le roi Dagobert» par le théâtre de La Roulotte. De gauche à droite : Jean-Louis Millette, Élise Charette, Paul Buissonneau et Clémence Desrochers. 1954, VM105-Y-3_007-10

Présentation de la pièce «Le roi Dagobert» par le théâtre de La Roulotte. De gauche à droite : Jean-Louis Millette, Élise Charette, Paul Buissonneau et Clémence Desrochers. 1954, VM105-Y-3_007-10

Une journée de La Roulotte débute évidemment par l’arrivée au parc. Les enfants s’attroupent pour voir s’ouvrir cette boîte magique. Ensuite, on note les noms des enfants qui veulent participer au spectacle de la soirée. Le tout est suivi d’auditions où les moniteurs donnent des conseils. La représentation débute à 20h et commence par un court numéro des comédiens, suivi d’une prestation d’enfants. Suit un autre numéro de la Roulotte et d’autres prestations d’enfants en alternance, jusqu’à la grande pantomime de 30 minutes qui rassemble toute la troupe afin de compléter la soirée.

Enfants chantant lors d'un passage de La Roulotte au parc Sir-Wilfrid-Laurier 11 juillet 1955, VM105-Y-3_021-16

Enfants chantant lors d’un passage de La Roulotte au parc Sir-Wilfrid-Laurier 11 juillet 1955, VM105-Y-3_021-16

Une école de théâtre

Le nombre et la qualité des comédiens qui sont passés par la Roulotte est tout simplement exceptionnel. Mis à part Jean-Louis Millette, l’un des piliers des débuts est Yvon Deschamps, qui oeuvre à La Roulotte de 1957 à 1964.

Paul Buissonneau et Yvon Deschamps, lors de la répétition de la pièce «Pierre et le Loup» au centre récréatif Père-Marquette. 1959. VM105,SY,SS2,D282-08

Paul Buissonneau et Yvon Deschamps, lors de la répétition de la pièce «Pierre et le Loup» au centre récréatif Père-Marquette. 1959. VM105,SY,SS2,D282-08

Dans les années 1950, cette pépinière d’artistes québécois a vu passer les noms suivants : Clémence Desrochers, Marcel Sabourin, Guy Sanche (Bobino), Luc Durand (le Gobelet de Sol et Gobelet de la Boîte à surprise à Radio-Canada) ou Gilles Latulippe (amené par son collègue commis à la discothèque de Radio-Canada, Yvon Deschamps)

Équipe de La Roulotte dans le parc Trenholme. Paul Buissonneau et Richard Pérusse au centre de l’image, Clémence Desrochers à l’extrême gauche, Jean-Louis Millette en haut à gauche, Yves Gélinas en haut à droite, Eve Gagné auprès du piano, Nicole Filion en bas à droite, Roger Lefevre en bas à gauche. 1954,  VM105-Y-1_0155-0

Équipe de La Roulotte dans le parc Trenholme. Paul Buissonneau et Richard Pérusse au centre de l’image, Clémence Desrochers à l’extrême gauche, Jean-Louis Millette en haut à gauche, Yves Gélinas en haut à droite, Eve Gagné auprès du piano, Nicole Filion en bas à droite, Roger Lefevre en bas à gauche. 1954, VM105-Y-1_0155-0

Dans les années 1960, on y retrouve Julien Poulin, Marie Eykel (Passe-Partout), Angèle Coutu, Gabriel Arcand et Robert Charlebois, qui  s’y produit de 1963 à 1965.

Comédiens rassemblés sur la scène de La Roulotte On y voit, entre autres, Marie Eykel (à l'avant), Julien Poulin, Angèle Coutu, Ghislaine Paradis, Hubert Gagnon, Roland Lanoix et Jean-Luc Bastien. 20 juillet 1966, VM94S54-13

Comédiens rassemblés sur la scène de La Roulotte On y voit, entre autres, Marie Eykel (à l’avant), Julien Poulin, Angèle Coutu, Ghislaine Paradis, Hubert Gagnon, Roland Lanoix et Jean-Luc Bastien. 20 juillet 1966, VM94S54-13

Le théâtre de Quat’sous

Encore là, le directeur Claude Robillard est à l’origine de cette compagnie théâtrale et de son nom. En 1955, après la fin de la saison de la Roulotte, Paul Buissonneau continue de donner des ateliers de théâtre à la Ville. N’oublions pas qu’il est un employé permanent de la Ville de Montréal.

Robillard lui propose de monter une pièce pour le Festival national d’art dramatique qui aura lieu l’année suivante. Ce sera la pièce Orion le tueur et, en 1957, La tour Eiffel qui tue. Ce dernier spectacle remportera plusieurs prix.

Paul Buissonneau dans «Orion le tueur», 1956. VM105-Y-2_088-34

Paul Buissonneau dans «Orion le tueur», 1956. VM105-Y-2_088-34

Paul Buissonneau joue le personnage de l'ivrogne Du Guesclin, dans la pièce «La tour Eiffel qui tue». 1957, VM105-Y-3_245-06

Paul Buissonneau joue le personnage de l’ivrogne Du Guesclin, dans la pièce «La tour Eiffel qui tue». 1957, VM105-Y-3_245-06

En 1963, avec Yvon Deschamps, Claude Léveillée, Jean-Louis Millette et François Barbeau, il achète une ancienne synagogue sur l’avenue des Pins (coin Coloniale), qui est transformée en théâtre.

***

En 1984, la direction de La Roulotte est confiée à Sylvain Galarneau. De nos jours, les spectacles sont réalisés dans un partenariat qui regroupe la Ville de Montréal, l’École nationale de Théâtre du Canada et le Conservatoire d’art dramatique de Montréal. D’ailleurs, plusieurs jeunes comédiens d’aujourd’hui ont joué sur la Roulotte actuelle (car celle de Buissonneau a été restaurée et sert de scène à Saint-Gabriel-de Brandon). Pensons à Benoit McGinnis (2001), Bénédicte Décary (2002) ou Vincent-Guillaume Otis (2003).

Cette année, la Roulotte présentera le spectacle Fifi Brindacier dans les parcs de Montréal à compter du 30 juin. En bref, le théâtre québécois et le Montréal culturel doivent beaucoup à Paul Buissonneau.

Paul Buissonneau, 1956, VM105-Y-1_0340-03

Paul Buissonneau, 1956, VM105-Y-1_0340-03

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *