Une caserne résolument moderne : l’étonnante architecture de la Cité de Maisonneuve. 1914.

 

Extrait du livre Quand les archives racontent Montréal – 100 pièces d’exception. 

*** 

Plan de la caserne de pompiers de la Cité de Maisonneuve. 1914. VM116,S1,D0066,B1080-7.

Au début du 20e siècle, la Cité de Maisonneuve devient un important centre industriel, notamment grâce à l’habileté des hommes d’affaires qui la dirigent. Ces derniers rêvent d’édifices publics et d’aménagements somptueux. La fortunée famille Dufresne lance une majorité des projets importants énoncés par le conseil municipal. Ingénieur passionné d’architecture, Marius Dufresne dessine en 1914 les plans d’une magnifique caserne de pompiers abritant également la police, dont le style est directement inspiré du célèbre Unity Temple de Frank Lloyd Wright. De facture moderniste, le bâtiment conserve sa vocation première jusqu’à son abandon en 1981. Il est restauré par la suite pour accueillir des organismes culturels.

***

 

 

 

Partagez cet article :

2 réponses à Une caserne résolument moderne : l’étonnante architecture de la Cité de Maisonneuve. 1914.

  1. Jean-Noël Plourde dit :

    Bonjour,
    si je comprends bien votre système de cotation, par exemple, VM116,S1,D0124,B1125-03 correspond à :
    Groupe de fonds : VM
    Fonds : 116
    Série : 1
    Dossier : 124

    mais B1125-03??? Numéro de pièce, de microfilm?

    De même, mais cette fois-ci avec :
    VM94-Z382-3
    Groupe de fonds : VM
    Fonds : 94

    mais Z382-3???

    merci.

    • Anick Forest Bonin dit :

      Bonjour,

      Notre service d’archives date de 1913, alors vous ne serez pas étonné si je vous dis que les cotes de nos archives témoignent aussi des pratiques de classement à travers le temps. Aujourd’hui, lorsque nous traitons un fonds, nous utilisons la cotation courante telle que vous l’avez identifié (groupe de fonds, numéro du fonds, série, sous-série, etc.)

      Par contre, certaines cotations témoignent des pratiques « maison » de l’époque. C’est particulièrement le cas pour nos grandes séries de photographies. Le VM94 comprend les photos des photographes officiels de la ville qui avaient développés leur propre système de classement. Ainsi nous avons les séries : M pour « métro », E pour Événements, Ex pour Expo 67, J pour Jardin Botanique, EM pour embellissement, U pour utilitaire, z pour « autres photographies anciennes », etc. Le numéro suivant les lettres correspond au numéro de reportage du photographe, attribué de manière séquentielle. Le chiffre après le tiret correspond au numéro de l’image à l’intérieur du reportage.

      Un peu plus tard, vous aurez des cotes comme VM94-1994-0001. On attribuait alors un numéro séquentiellement aux reportages pour chaque année.

      Chacune de ces photos ont aussi une cote de classification tel que décrit au premier paragraphe, mais nous avons choisi d’utiliser l’ancienne cote pour la diffusion et le nommage de nos fichiers numériques. Elles sont simples, les archives sont déjà cotées ainsi physiquement, nous sommes habitués de les utiliser et elles avaient déjà largement été diffusées à l’aide de ces cotes.

      En espérant que ceci éclaircisse un peu vos questionnements!

Répondre à Anick Forest Bonin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *