Le square Viger

Par Hélène Charbonneau

Square Viger vers 1898. Tiré de Art work on Montreal de William H. Carré publié en 1898. VM6-D1901-136

L’origine du square Viger correspond au développement de la portion est du Montréal du XIXesiècle. L’agglomération en croissance constante a besoin d’ouvrir des rues et d’aménager son territoire. Dès 1818, les juges de paix, administrant alors Montréal, dénomment «place Viger» un terrain situé sur la rue Saint-Denis, dans le faubourg Saint-Louis. Cet emplacement avait été cédé par ses propriétaires pour les fins d’un marché public. Il est donc utilisé pour tenir le marché au foin et le marché aux animaux. Graduellement, d’autres portions de terrains sont cédées, le marché au foin est déplacé et le marché aux animaux relocalisé à l’extrémité est du terrain. En 1850, la place a une superficie de 171 000 pi2 et est délimitée par les rues Saint-Denis, Craig (Saint-Antoine), Dubord (Viger) et Saint-Hubert. Déjà la place a été plantée d’arbres et ont y a aménagé des allées. Même un bassin pourvu d’un jet d’eau y est installé. Une petite serre est également construite en 1865, où poussent des fleurs exotiques. Le Canadian Illustrated News du 13 août 1870 signale la présence de cette serre miniature et décrit le jardin comme étant le plus beau de la Ville.

Square Viger vers 1870. Tiré du Canadian Illustrated News publié en 1870. VM6-D1901-136

Les résidants du quartier profitent avantageusement d’un imposant espace de verdure. Le square Viger est le premier jardin public de Montréal et l’un des premiers parcs. Il connaît son apogé en 1892 alors que le marché aux animaux est enfin déménagé. Mais à mesure que s’opère le développement urbain de Montréal, des secteurs résidentiels s’implantent en périphérie du centre et de nouveaux espaces verts sont aménagés. Les anciens parcs et jardins sont lentement délaissés par les habitants qui se déplacent vers les nouveaux centres. Dans les années 1970, le déploiement urbain nécessite un aménagement autoroutier vers le centre-ville. Le square Viger change alors radicalement de visage : d’un grand jardin, on fait trois parcs ingérant les structures de béton imposées par la construction de l’autoroute Ville-Marie juste en-dessous. Enfin, en 2005, sont entrepris des travaux de réaménagement d’envergure visant à rendre le parc plus accessible à la population, à mettre en valeur les œuvres artistiques qui s’y trouvent, et à augmenter le couvert végétal.

Partagez cet article :

2 réponses à Le square Viger

  1. Claire Galipeau dit :

    Avec le nouveau CHUM j’espère que le Square Viger sera réaménagé. j’habite à côté de l’Hotel de Ville depuis 1980, quand vous avez fait l’aménagement recouvert de béton je savais que les sans abri y vivrai. Nous avons de nombreux problèmes dans le secteur, tel que du vandalisme et des vols, et de l’intimidation. Les sans abri ont besoin d’un vrai toit, et un jardin pour cultiver des fruits et légumes . La vue de la ville derrière l’hôtel de ville est à conserver, in ci que l’accès piétonnière vers le nord. Un stationnement sera nécessaire avec le nouveau CHUM. Une piscine publique ferai le bonheur de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *